AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Dim 25 Nov - 21:08


YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
A chaque fois que je rentrais dans ce club de striptease, je repensais à cette soirée. La soirée où ma sœur m’a annoncée qu’elle allait se marier avec l’homme dont j’étais éperdument amoureuse. Je revoyais son regard, elle était tellement heureuse, si épanouie, que je ne pouvais m’obstiner à gâcher son bonheur. Je pensais qu’en me rendant dans ce club, j’arriverais à surmonter tout ça et que je trouverais un moyen de l’oublier dans les bras d’un bel inconnu. J’avais essayé et j’ai pitoyablement échoué. Je n’étais même pas prête émotionnellement parlant pour regarder un homme se déshabillait devant moi. Je ne faisais que penser à lui, à elle, à moi. Je venais pratiquement toutes les semaines ici, uniquement pour…parler. Surprenant. J’avais réussi à me trouver un ami, un confident, qui m’écouterait sans me juger. J’en avais bien besoin. Pour ce remarquable travail d’attention, chose que peu de personne autour de moi n’arrive à faire, je le payais. Oui, comme à un psy. Il était mon psy, en quelque sorte. Il était un psy qui me faisait du rentre-dedans. Et j’admets que ce n’était pas désagréable. Je me sentais aimée.

Ce jour-là, j’entrai dans la boîte comme n’importe quel autre jour. Prions pour que Gossip Girl ne m’ait pas vu entrer. On était vendredi, des tas de femmes en chaleur étaient autour de la scène, à crier comme des maniaques. Je parcouru l’allée centrale jusqu’à une de ces petites pièces intimes, séparées les unes des autres par des rideaux rouges. Je lui fis signe de me rejoindre dans une ces pièces privées afin d’avoir une autre "discussion". Cette fois-ci j’étais décidée. J’allais enfin passer à autre chose, oublier l’homme que je pensais aimer. J’allais supporter le regard d’un autre homme sur moi, et j’allais aimer ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Lun 26 Nov - 10:48

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

Vendredi soir, ou la soirée parfaite pour se faire un tas de pourboires et en prime prendre le numéro de quelques filles. Ça faisait un moment maintenant qu'il était dans le milieu et Wade avait rapidement remarquer que les fins de semaines étaient plutôt agité dans cette boite, sûrement encore plus que dans les autres. Oui, là il ne s'agissait pas juste de gens qui dansaient collé les uns autres mais de filles, de vraies furies qui était prête à dépenser un tas de fric juste pour voir le blond et ses partenaires leur faire un petit show, et comme si cela ne suffisait pas, elles aimaient agiter leur billets verts devant la scène pour les glisser dans le peu de tissu que les garçons portaient à la fin de leur show. Quand on en avait pas l'habitude ça pouvait presque être effrayant mais finalement, c'était aussi très amusant. Jouer avec les femmes, leurs désirs, leurs envies.. c'était l'un des trucs que Wade préférait dans son métier. Il adorait voir tout ces regards se poser sur lui ou ses mains qui venait caresser chacun de ses muscles. Et puis quel homme n'a jamais rêvé de faire crier toute une bande de fille sans même les toucher ? Non sérieusement ce boulot c'était le job idéal pour lui.

Alors une fois de plus, Wade se pavanait devant les filles. Leur premier spectacle était terminé et maintenant il partait à la chasse, enfin c'est ce qu'il disait. Cela consistait tout simplement à aller voir des clientes pour leur proposé des spectacles un peu plus intimes ; non seulement ça lui permettait de gagner encore un peu plus d'argent, mais c'était aussi un très bon moyen pour faire connaissance avec ces jeunes femmes déchainée qui venait ici pour s'amuser, le temps d'une soirée. Des sourires, quelques mots échangé à l'oreille et en général cela suffisait pour qu'il les fasse succomber. D'ailleurs il sentait que la table de jeune fille fasse à lui n'allait pas tarder à craquer. Elles se regardaient toutes avec ce regard qu'il connaissait très bien et lui bien sûr, il souriait, fier d'avoir encore réussis son coups. Mais il la vit au loin, se dirigeant vers les pièces privée, cette rousse qui se servait de lui comme d'un psychologue. Devant elle, il ne s'était jamais déshabillé et pourtant il avait essayer, plus d'une fois de la faire succomber mais non. Rien. Nada. Elle préférait lui parler de ses problèmes plutôt que de profiter un peu de son corps. D'ailleurs, c'était assez amusant comme situation car finalement, il ne connaissait rien d'elle, même pas son nom mais il savait tout de ses histoires les plus intimes.
Il s'excusa auprès du groupe de fille, leur promettant de revenir plus tard et il se dirigea vers l'une des salles, refermant le rideau derrière lui. « Ma cliente préféré. » Il attrapa une chaise, la retourna et s'assit dessus, appuyant ses bras sur le haut du dossier « Ça me fait plaisir de te voir. » Wade posa son regard sur elle, un léger sourire afficher sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Lun 26 Nov - 21:39

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
Je m’étais déjà installée sur le divan. J’en avais fait ma place favorite. C’était beaucoup plus confortable pour parler, même si ce divan était réservé à d’autres usages. Pour quelque chose de plus…intime que discuter. J’avais croisé les jambes et retiré ma veste. Je sentais que cette nuit allait être longue, j’avais tellement de chose à dire. Et d’un autre côté, je ne voulais pas parler mais agir. Je ne savais plus où donner de la tête. Je me levai et fis les cents pas en attendant que Wade me rejoigne. Pesant le pour et le contre au plus profond de mon esprit tordu, il arriva, refermant le rideau rouge derrière lui. « Ma cliente préféré. » J’esquissai un léger sourire. Il prit une chaise et il s’assit à l’envers, pour pouvoir poser ses coudes. Je marchais encore dans la pièce, les mains moites. « Ça me fait plaisir de te voir. » Disait-il avec son sourire sur son visage. Ca m’avait étrangement détendu, pour le moment. J’arrêtai de marcher quelques secondes pour le regarder. « Tu commençais à trop t’impatienter avec ces folles en chaleur ? » Je ne le connaissais pas, il ne me connaissait pas. Et pourtant, j’avais une impression de déjà-vu à chaque fois que j’étais avec lui. A vrai dire, il connaissait les détails les plus sordides et humiliants de ma vie, tandis que moi, je ne savais rien de lui. Les rôles devaient changer. « Elles ont dû être de très mauvaise compagnie pour que tu dises ça. » Répliquais-je à la suite, en mimant une expression semi-désolée, semi-garce. C’était tout simplement de l’ironie. J’aimais le taquiner, lui au moins, il savait que ce n’était que de l’humour, pas comme les autres… Je décidis enfin de m’asseoir, juste en face de lui. « J’ai un problème. » Déclarais-je froidement, comme si je venais de cacher le corps de sa grand-mère dans le coffre de ma voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Mar 27 Nov - 10:34

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

Ces moments passé avec la jeune femme il les aimait bien. Si au début il avait trouvé la situation très étrange, finalement il s'y faisait et l'écouter parler de ses histoires de famille et de cœur, faisait comprendre à Wade qu'il avait bien fait de choisir ce style de vie. Lui il était seul, sans parents, sans frère et sœur sur le dos. Il avait des tas d'amis mais pas de réels attaches, surtout avec ses conquêtes. Elles étaient juste des filles qui passaient dans son lit, des filles dont il oubliait rapidement le nom. Pas de peine de cœur, pas de problème et des moments très agréable : voyait comme il voyait la vie lui. Il avait vingt six ans pourtant et beaucoup de ses anciens amis lui auraient déjà dit qu'il devait se poser, se trouver une gentille fille avec qui passer le reste de sa vie mais franchement c'était pas ennuyant ? Et puis quand il voyait la rousse dans de tels états, non vraiment ça ne lui donnait pas envie. « Tu commençais à trop t’impatienter avec ces folles en chaleur ? » C'était un truc qu'il adorait avec elle ; elle avait toujours du répondant. Jamais leur conversations ne devenait ennuyeuse même quand elle lui parlait de ses problèmes. « A vrai dire elles étaient à deux doigts d'accepter un petit show privée mais je sais pas pourquoi je préfère être avec toi. » Il haussa les épaules. A croire que maintenant, écouter parler cette jeune femme lui plaisait plus que de se faire toucher et admirer par une horde de femme totalement folle. C'était un peu bizarre mais bon, elle représentait aussi une sorte de défis pour lui, et cela lui plaisait tout autant. « Elles ont dû être de très mauvaise compagnie pour que tu dises ça. »Wade la regarda, souriant légèrement puis il hocha la tête. « C'est vrai que j'ai connu mieux. Mais tu sais je suis pas très difficile, je me contente de ce que je trouve. » Il lui fit un clin d'œil, affichant un large et fier sourire sur son visage. Ce gens de phrase lui valait parfois des gifles et des remarques, mais avec elle il ne craignait plus ce genre de réaction. Après tout, à force de venir lui raconter ses problèmes, elle devait bien savoir comment il était et surtout comment il traitait les femmes. Elle pris place face à lui – et heureusement parce qu'elle commençait à lui donner le tournis à force de marcher dans toute la pièce – et il la regarda, arquant un sourcil en entendant sa phrase. « J’ai un problème. » voilà qu'elle était encore plus intriguant que d'habitude. « Oula.. je t'arrête tout de suite, moi je veux pas finir en prison. Je suis content que t'ai enfin suivie mon conseil et pris la décision de zigouiller ta soeur ou son mec mais à part t'aider à cacher le corps je peux rien faire du tout. » Wade tenta de garder un air sérieux mais il savait bien qu'il ne s'agissait pas de ça, ou alors cette fille était une vraie psychopathe mais elle le cachait très bien !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Mar 27 Nov - 20:23

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
J’aimer le taquiner. Il n’était pas susceptible, il comprenait mon second degré. C’était plaisant. Je le charriais souvent sur son métier et ça n’avait pas l’air de le blesser. Je n’en faisais tout de même pas une habitude ou un punching-ball humain pour autant. Ca le faisait rire, c’était étrange. « A vrai dire elles étaient à deux doigts d'accepter un petit show privée mais je sais pas pourquoi je préfère être avec toi. » Savoir qu’il préférait être avec moi qu’avec une horde de femme qui ferait tout pour coucher avec lui m’intimidait légèrement. Je n’ai pas été aussi proche avec un homme depuis Dexter. Et ça me faisait peur de voir comment ma relation avec lui évoluait. Alors j’ai rougi. En sentant mes joues devenir roses, je tournai la tête le temps de me calmer, mimant de remettre ma mèche correctement en place. A mon avis, je ne l’avais pas très bien dupé. Lorsque je sentis mes pommettes reprendre une couleur normal, je le regardai à nouveau dans les yeux, et lâcha une énième vanne sur sa clientèle. « C'est vrai que j'ai connu mieux. Mais tu sais je suis pas très difficile, je me contente de ce que je trouve. » Je crois que de toute ma vie, je n’avais jamais vu un mec aussi simple. Un connard certes, mais c’était mon connard d’ami. « Au moins tu ne nies pas, c’est déjà bien. » Lançais-je juste avant de m’asseoir à ma place favorite. A force de marcher, j’avais des crampes aux mollets. J’avais pris une grande inspiration avant de faire ma petite introduction. Je commençais toujours comme ça avant de détaler ma vie en face de cet inconnu. « Oula.. je t'arrête tout de suite, moi je veux pas finir en prison. Je suis content que t'ai enfin suivie mon conseil et pris la décision de zigouiller ta soeur ou son mec mais à part t'aider à cacher le corps je peux rien faire du tout. » « De…De quoi tu parles… ? » Je me suis ensuite rendue compte que je l’avais dis de manière intriguant et inquiétant. De quoi se faire du souci pour moi, comme si j’avais fait une grosse connerie. « Aaaaaaaaah ! » Puis ça m’était soudainement revenu, son conseil sur le fait que je devrais tuer ma sœur ou son mec. Ce gars était tout de même extrême. « Mais nan je parle pas de ça. Bien que j’avais eu quelques idées pour que ça passe pour un accident..Le problème c’est nous. » Je me suis levée à nouveau, prenant ma tête dans mes mains tellement je réfléchissais trop. Je lui tournais le dos, j’étais carrément prête à me taper la tête contre le mur dans l’espoir d’avoir une révélation. « Le problème c’est que je t’apprécie, et que je ne devrais pas. Que je m’attache beaucoup trop à toi et que tu es diablement sexy ! Oh God, ça devient de plus en plus dur de résister… » Lui criais-je dessus alors que ce n’était pas sa faute. J’avais un réel don pour dramatiser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Mar 27 Nov - 21:02

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

A force de fréquenter les femmes qui venaient ici, ou celles qu'il pouvaient draguer quand lui décidait de se faire une viré avec son meilleur pote, Wade les connaissait bien. Il savait facilement déceler les mensonges, celles qui se la jouait gentille fille alors qu'elles étaient tout le contraire – celle la il les voyait venir de très loin. La plupart du temps, il savait aussi trouver les mots pour les charmer ou comme c'était le cas maintenant, pour les faire rougir. La regardant, se mordant légèrement la lèvre il préféra ne rien ajouter, la pauvre jeune femme avait déjà l'air bien assez mal à l'aise comme ça et la faire fuir maintenant n'était pas une bonne idée ; après tout, la soirée ne faisait que commencer.  « Au moins tu ne nies pas, c’est déjà bien. » Pourquoi nier ? Jouer les faux cul et faire croire à ces filles qu'elles avaient la moindre importance pour lui, ce n'était pas son truc. Oui il se prenait des gifles, on l'insultait, on lui disait qu'il n'était qu'un connard.. et alors ? Au moins il ne leur donnait pas de faux espoirs. Il se contenait juste de leur faire passer une soirée et une nuit inoubliable, un points c'est tout. Il était honnête tout simplement et ça, la rousse le savait très bien depuis le temps qu'elle l'entendait parler des femmes. « Je vois pas pourquoi je devrais nier. Je te l'ai déjà dit, dire la vérité c'est toujours la meilleure chose à faire. » lança t-il une fois de plus avec un large sourire affiché sur le visage. Ça c'était l'un des conseils qui lui avait donner une fois, sûrement l'un des seuls qui était un peu près censé en fait. Oui parce qu'une fois il avait dû lui dire qu'il valait mieux pour elle de se jeter sous un train, il lui avait aussi conseiller de partir pour faire le tour du monde à dos de chameau ou bien de tuer sa sœur ou son beau-frère. Ce n'était pas très constructif – et heureusement elle n'avait jamais suivie un de ces conseils – mais au moins, ça avait eut le don de la faire rire. « De…De quoi tu parles… ? » Le blond leva les yeux au ciel en soupirant. « A quoi ça sert que tu viennes faire tes séances de psy si tu retiens même pas ce que je te dis ? » Faussement vexé, il fit la moue deux minutes, jusqu'à ce qu'elle se souvienne enfin de ce précieux conseil. « Mais nan je parle pas de ça. Bien que j’avais eu quelques idées pour que ça passe pour un accident..Le problème c’est nous. » La première partie de la phrase le fit sourire. Il avait un peu du mal à croire qu'elle ai pensé sérieusement à faire un truc comme ça. Non, elle avait l'air beaucoup trop censé pour ça. Par contre, ces derniers mots l'intriguait une fois de plus. « Nous ? » Demanda t-il en arquant un sourcil. Qu'est ce qu'elle voulait dire par nous ? Et puis où était le problème dans leur relation ? Wade la regardait s'agiter, attendant impatiemment un peu plus d'explication à propos de ce qui semblait être un problème pour elle. « Le problème c’est que je t’apprécie, et que je ne devrais pas. Que je m’attache beaucoup trop à toi et que tu es diablement sexy ! Oh God, ça devient de plus en plus dur de résister… » Il l'écouta, hocha doucement la tête puis se leva de sa chaise. « Je me demandais quand est ce que tu allais enfin craquer. » Il lui fit un léger sourire alors qu'il commençait tranquillement à défaire les boutons de sa chemise. Lui ne voyait pas ça comme un problème, bien au contraire ! Depuis le temps qu'il attendait ça, c'était plutôt une sorte de libération.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Ven 30 Nov - 23:17

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
J’avais bien remarqué qu’il commençait à se perdre dans tous ce que je disais. Je parlais sans doute beaucoup trop, mais je ne le remarquais pas alors ça ne me dérangeait pas. J’ai juste commencé à paniquer lorsqu’il a commencé à déboutonner sa chemise avec son sourire béat. « Waaaaouh ! On se calme tout de suite ! Je ne peux pas te laisser faire ça ! » M’exclamais-je en parlant (ou peut-être que je criais…) extrêmement vite. C’était un de mes nombreux signes de nervosité. Il allait sûrement me demander pourquoi, vu l’état dans lequel je m’étais mise, et je préférais anticiper sa réponse que de le laisser parler – oui, je suis très sexiste quand je le veux. « Je me connais beaucoup trop bien. Si tu déboutonnes un bouton de plus, je vais craquer et tu ne seras pas le seul à finir à poil. » Lui disais-je en reculant d’un pas, la main levé pour lui faire signe de ne pas m’approcher d’avantage. J’inspirais et expirais calmement afin de ne pas céder. Il n’attendait que ça depuis le début, j’en étais sûre et certaine. Quelqu’un comme lui ne peut pas s’intéresser à une petite New Yorkaise de mon genre. J’avais toujours su qu’il faisait semblant de m’écouter, j’ai juste eu une confiance aveugle en lui, encore l’un des défauts que je dois corriger, et là je risque d’abandonner tous mes principes parce qu’il va déboutonner ce fichu bouton ! « Et en plus, je ne connais même pas ton nom ! » Un autre prétexte bidon crée uniquement pour le repousser. Finalement j’aurai peut-être dû lui raconter ma vie après tout..

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Lun 3 Déc - 8:48

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

Voir une fille craquer devant lui c'était sûrement l'une des choses qu'il préférait. C'était même plus amusant d'être face à une personne qui lui résistait parce qu'il devait jouer de tous ses charmes pour réussir à avoir ce qu'il voulait. Avec elle, c'était un peu différent ; depuis le début c'était différent. Il ne lui avait jamais fait de show privé ou quoi que se soit, mais jusqu'à présent il n'avait fait que l'écouter raconter ses malheurs sur sa vie sentimentale. D'une certaines manière ça les avait rapproché, la preuve en était ce soir, la réaction qu'elle avait face à lui qui avait à peine défait deux bouton de sa chemise.  « Waaaaouh ! On se calme tout de suite ! Je ne peux pas te laisser faire ça ! » Wade stoppa son geste et releva la tête vers elle. La pauvre avait l'air totalement paniqué, nerveuse comme pas possible. Était-ce vraiment lui qui lui faisait cet effet là ?  « Je me connais beaucoup trop bien. Si tu déboutonnes un bouton de plus, je vais craquer et tu ne seras pas le seul à finir à poil. » Elle reculait et lui ne bougeait pas, un léger sourire toujours affiché sur le visage. Il avait gagné, enfin en quelque sorte. Il savait maintenant tout à fait ce qu'il avait à faire pour réussir à passer un moment des plus intimes avec elle ; défaire sa chemise, s'approcher d'elle malgré cette main qu'elle tendait entre eux, et pourquoi pas l'embrasser, histoire de l'achever. « Cette perspective me plait assez.. » Il garda sa main sur les boutons de sa chemise sans pour autant les défaire et il s'approcha doucement d'elle, tel un chasseur de sa proie.  « Et en plus, je ne connais même pas ton nom ! » Sans la lâcher des yeux il fit un pas, puis un deuxième, tout en restant muet et sans répondre à ce qui semblait être une question. Arriver au niveau de son bras tendue, il s'arrêta. « Je m'appelle Wade, Wade Fraser. » Il lui adressa un sourire et pris sa main dans la sienne pour l'attirer jusqu'au divan. Il la fit s'asseoir après s'être lui même installé puis il reboutonna les boutons de sa chemise. « Et toi ? Parce que je te surnomme toujours 'la rousse' mais je suppose que tes parents on été plus inspirer que ça.. enfin, j'espère pour toi. » Une fois sa chemise totalement fermé, il releva la tête pour la regarder. Se retrouver assise là, à côtés de Wade et surtout sans rien faire, ce n'était sans doute pas ce à quoi elle s'attendait mais le jeune homme aimait surprendre ! Et surtout, il avait compris que finalement, coucher avec lui ce n'était pas ce qu'elle voulait.. ou du moins, elle ne le voulait pas assez pour le moment alors il attendrait encore et encore. Et si jamais ça ne se produisait jamais, et bien tant pis pour lui, au moins tout ça lui aurait permis de faire la connaissance de cette jolie jeune femme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Ven 7 Déc - 16:29

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
Malgré ce que les gens pensaient, je n’étais pas une gentille fille. J’avais quelques défauts à corriger. Comme ma sensibilité ou ma capacité à tomber amoureuse trop facilement. Je n’étais pas amoureuse de Wade mais je tenais vraiment à lui. Je ne pouvais pas laisser le sexe embrouillait mes sentiments comme il l’a déjà fait. Alors évidemment, lorsque je lui ai avoué qu’il était beaucoup trop séduisant pour que je résiste, il en fut réjoui. « Cette perspective me plait assez.. » Ca ne m’étonnait presque pas. Je savais très bien dans quoi je m’embarquais en devenant son amie. Il continuait d’avancer, il persistait. « Ah parce que tu trouves ça marrant toi ? Je fais juste attention avec qui je couche. » Non pas qu’il ne le méritait pas, au contraire. Me connaissant, je savais très bien que j’allais finir par l’une de ses conquêtes d’une nuit. J’aimais juste le faire mijoter un petit peu. Puis, il y avait aussi ma dernière relation sexuelle. A savoir, que j’ai été dépucelée cette même année par un sociopathe sadique (j’exagère ?) faisait que je n’avais pas beaucoup d’expérience comparée à lui. « Je m'appelle Wade, Wade Fraser. » J’ai légèrement commencé à paniquer lorsqu’il a pris ma main, ne serait-ce que pour me jeter sur le siège comme un vulgaire sac à patate. C’était néanmoins une semi victoire puisqu’il m’avait enfin révélé son nom. Chose que j’essayais de lui extirper depuis des décennies. Je me suis calmée lorsqu’il a refermé sa chemise, il était redevenu réaliste, c’était bien. J’avais un nom + une chemise fermée, j’étais vraiment heureuse à ce moment là. Et il a tout gâché en me demandant le mien. « Et toi ? Parce que je te surnomme toujours 'la rousse' mais je suppose que tes parents on été plus inspirer que ça.. enfin, j'espère pour toi. » J’inspirai un grand coup avant de répondre. Trouvant que mon prénom n’a jamais été très proportionnel avec ma tête. « Emmy. » Répondis-je d’une voix timide. En réalité, Emmy n’a jamais été mon prénom, ce n’était qu’un simple surnom. Ca m’arrivait parfois de me demander qui – en dehors de ma famille – connaissait mon vrai nom. La raison pour laquelle je n’ai pas une tête d’Emmy c’est parce que je m’appelle Emily.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Lun 10 Déc - 9:28

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

La soirée ne prenait pas vraiment la tournure que Wade avait espéré. Lorsqu'il l'avait vu arrivé, il s'était dit qu'elle allait encore lui raconter de nouveaux problèmes, lui poser des question sur ce qu'elle devait faire, sans vraiment faire attention aux réponses qui une fois de plus seraient sans grand intérêt. Et puis l'espace d'un instant, il avait pensé qu'il y avait moyen d'aller plus loin et qu'au fond, elle aussi le voulait. Maintenant, la rousse semblait juste vouloir parler, une fois de plus. Wade était un peu perdu, ne savait plus trop sur quel pied danser, que faire, comment agir. « Ah parce que tu trouves ça marrant toi ? Je fais juste attention avec qui je couche. » Il ne put retenir un léger rire puis il hocha doucement la tête. « T'as sans doute raison.. Mais franchement, je suis sûr que tu t'amuserais beaucoup plus si tu faisais justement un peu moins attention. » Le blond la regarda et haussa les épaules. Une fois de plus, il n'allait pas la forcer. Il avait beau aimer coucher avec des femmes, et même si au fond il voulait qu'elle soit l'une d'entre elle, forcer les filles ce n'était pas son truc. Non lui il préférait les laisser succomber à son charmes et l'avantage c'est que maintenant il savait très bien quoi faire pour arriver à ses fins avec elle ; du moins, elle lui avait fait comprendre qu'il ne la laissa pas indifférente. Une chemise défaite, quelques caresses sur son corps et elle était à lui et ça, il comptait bien le garder pour plus tard. Mais en attendant, elle voulait parler et apparemment, en savoir un peu plus sur lui. Pourquoi pas ? Après tout lui savait déjà énormément de chose sur la vie de la jeune femme, et même des trucs assez intimes. Il pouvait bien lui donner son nom ; l'une des seules choses qu'il avouait assez facilement ici d'ailleurs et contrairement à certains de ses ami, lui ne donnait pas un pseudo. A quoi ça lui servirait ? Il n'avait pas honte du travail qu'il faisait alors pourquoi mentir sur son identité ? Tant qu'il ne tombait pas sur des filles complètement folles qui faisaient tout le retrouver après ce n'était vraiment pas un problème.
Bref, rapidement Wade se rendit compte qu'il ne connaissait pas le nom de la jeune femme. Elle était venu un bon nombre de fois lui parler de sa vie mais jamais elle ne lui avait dit comment elle s'appelait et il n'avait jamais pris le temps de lui demander non plus. « Emmy. » Le blond la regardait toujours, un sourire affiché sur le visage ; elle n'avait pas l'air très à l'aise, beaucoup moins que d'habitude, et à vrai dire il trouvait ça plutôt amusant. « C'est mignon. » Il passa alors son doigts sur sa joue, juste histoire de la mettre encore plus dans l'embarras et pourquoi pas de la faire rougir. « Il y a d'autres choses que tu veux savoir sur moi ? » S'étaler sur sa vie privée devant des cliente ce n'était pas son truc mais après tout, Emmy n'était pas juste une simple cliente comme les autres et même si il ne lui disait pas tout sur sa vie, il pouvait lui donner quelques informations supplémentaires sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Ven 14 Déc - 19:21

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
J’avais peut-être une certaine alchimie avec Wade mais ça ne voulait pas dire que nous étions d’accords sur tout. Là où il voyait de l’amusement dans le sexe, je voyais une toute autre chose mauvaise. Je l’aimais bien, mais le pauvre, parfois il ne me comprenait pas aussi bien que je ne le pensais. « T'as sans doute raison.. Mais franchement, je suis sûr que tu t'amuserais beaucoup plus si tu faisais justement un peu moins attention. » Je relevai ma tête vers lui et lui lançai un regard noir. « T’es tellement en manque que ça pour en venir à me pervertir l’esprit ? » Il me connaissait mal. J’étais trop différente de lui, on ne venait pas du même monde. C’était dommage lorsque je voyais ce que je manquais, ça me donnait une boule au ventre. J’étais devenue froide en quelque seconde. Une réplique de plus de sa part et j’allais vraiment tout faire pour qu’il finisse la soirée seule, quitte à dire à Gossip Girl qu’il avait de l’herpès. Il m’avait finalement donné son nom, vive la subtilité féminine. Ca faisait des jours que j’essayais de lui soutirer cette information. Il ferait vraiment n’importe quoi pour coucher avec moi. Il y avait un compromis, j’ai dû lui donner le mien pour le satisfaire. La seule chose qu’il avait trouvé à répondre était « C'est mignon. » autant dire que là, il n’était plus du tout sexy. Je n’aimais pas mon nom et ça se voyait sur ma tête, il avait sans doute essayé de me faire sentir mieux dans ma peau. Il posa son doigt sur ma joue, essayant de me mettre dans l’embarras. J’étais beaucoup trop énervée pour ressentir quoique ce soit qui pourrait être un signal à ses yeux. « Retire ça immédiatement. » lui ordonnais-je d’un ton aigri et glacé. Le connaissant, il allait me tester pour voir jusqu’où je tiendrai le coup. Ce gars n’avait aucune limite. « Il y a d'autres choses que tu veux savoir sur moi ? » Sur le moment je ne voulais rien savoir, mais une question me brûlait les lèvres. Je m’abstenais. « C’est une question piège ? »
Revenir en haut Aller en bas
Gossip Girl

avatar

▼ MESSAGES : 119
▼ INSCRIPTION : 01/11/2012
▼ AVATAR : Vous ne le saurez jamais.
▼ CRÉDITS : @Bavboule.
▼ PSEUDO : L'abominable Gossip Girl, j'aime ça.

MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Sam 15 Déc - 11:46

    Gossip Girl Blog Alert
    Une notification arrive sur vos deux téléphones, il s'agit d'un post de Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Dim 16 Déc - 15:56

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

«T’es tellement en manque que ça pour en venir à me pervertir l’esprit ? » Après qu'elle ai osé lui sortir cette phrase, Wade la regarda en fronçant les sourcils. Il avait vraiment l'air d'un mec en manque ? Non parce que c'était tout à fait le contraire ; dès qu'il le voulait, Wade pouvait avoir une fille. Il lui suffisait de mettre un pied dans un bar, de composer l'un des numéro de son répertoire et hop, il avait une fille avec laquelle passer la soirée. Pour qui elle se prenait celle là ? Il la regarda un instant puis leva les yeux au ciel. « Je te pervertis pas l'esprit, je te donne mon point de vue. Et sache que moi il me suffit de passer ce rideau pour trouver une ou plusieurs filles avec lesquelles finir la soirée. » Non il n'avait pas besoin d'elle. Si il voulait passer un bon moment et qu'elle le lâchait avant la fin de la soirée, ce n'était pas très grave, il pourrait toujours aller voir ce groupe de femme qu'il avait laisser tomber pour venir discuter avec la rousse ; elles au moins, n'était pas sans cesse entrain de le repousser et surtout, elles étaient beaucoup plus agréable. Parce que Wade ne savait pas ce qui était entrain d'arriver à la jeune femme, si c'était le stresse, la panique, l'embarras ou un autre sentiment dans le genre, mais la gentille petite fille dont il avait entendu les nombreuses histoires ces dernières semaines devenaient presque agressive. « Retire ça immédiatement. » Lui demanda Emmy.. Ou lui ordonna plutôt. Si elle croyait qu'il allait se laisser démonter par ce brusque changement de comportement, elle était complètement à côtés de la plaque. « Je vois que mademoiselle à du caractère.. Ça te va bien. » ajouta Wade en passant une nouvelle fois son doigts sur sa joue. A ce genre de jeu, le blond était très fort, Emmy n'avait pas idée à qui elle se mesurait maintenant. Elle pouvait même lui en mettre une, il ne s'arrêterait pas. A partir de maintenant, elle n'était plus juste la fille qui le prenait pour son psy' ; en l'espace de quelques minutes, elle était passé d'un statu de fille ''pas très intéressante mais plutôt mignonne'', au haut de la liste de Wade. Elle avait du caractère, ne se laissait pas si facilement marcher sur les pieds, ne tombait pas trop facilement dans ses bras.. Bref, elle avait le profil parfait pour être l'une des filles qui intéressait le plus le jeune homme. « C’est une question piège ? » Un instant, il la regarda, un sourire en coin, perdu dans ses pensées il ne revint à lui qu'en entendant la sonnerie d'un téléphone, sûrement celui d'Emmy, le sien étant avec ses affaires dans les loges derrière la grande scène. Il resta quelques seconde sans rien dire, voir si elle réagissait – bien qu'il espérait qu'elle n'allait pas lui sortir son téléphone maintenant, au risque de casser ce moment entre eux – puis il lui répondit finalement : « Pas du tout. T'as le droit de me demander tout ce que tu veux, ou presque. » Il haussa les épaules et se rapprocha un peu d'elle. « Après tout, je sais beaucoup de chose sur toi alors t'as le droit à quelques petites informations supplémentaire sur moi. » Il ne voyait pas en quoi il pouvait avoir un piège la-dedans. Et puis pour une fois qu'il acceptait de répondre aux question d'une fille, elle valait mieux pour elle qu'elle en profite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Mar 18 Déc - 20:40

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
Je le vis lever les yeux au ciel. J’avais été insolente, comme l’est une petite fille avec ses parents. A l’exception que je n’avais aucun de compte à lui rendre. Je pouvais lui dire ce que je pensais, agir comme je le voulais, je n’allais pas être envoyé au lit sans dessert. J’avais pris le risque de lui répondre d’un ton froid, je n’étais pas un jouet avec lequel on s’amusait. Je savais me montrer marrante, souriante et sympathique, mais il ne fallait jamais m’énerver. Tous le monde sait que les Chells ont un tempérament de feu. « Je te pervertis pas l'esprit, je te donne mon point de vue. Et sache que moi il me suffit de passer ce rideau pour trouver une ou plusieurs filles avec lesquelles finir la soirée. » Instinctivement, la première réponse qui s’offrait à mon esprit était toujours de l’insolence. Je m’abstins, je ne pouvais aucunement prévoir sa réaction. « Je ne te retiens pas. Tu peux partir. » Je venais d’entrer dans ma phase d’indifférence voire de fierté. J’étais beaucoup trop entêtée pour le laisser me mener par le bout du nez. Je n’avais franchement plus envie de le voir et encore moins de lui parler. Ma susceptibilité m’avait emporté beaucoup trop loin. Et parce qu’il était beaucoup trop gamin dans sa tête, il ne put s’empêcher de me tester d’avantage. Devais-je le claquer ? Ma main en avait très envie. « Je vois que mademoiselle à du caractère.. Ça te va bien. » J’en avais marre de ses compliments à trois balles qui marchait sur n’importe quelle fille en manque d’amour. Néanmoins, ça ne me laissait pas indifférente. Normalement, j’aurais pu jouer à ce genre de petit jeu toute la nuit avec n’importe qui, mais il n’était pas n’importe qui : il me connaissait moi et mes pires secrets. Il pouvait facilement en déduire sur ma nature d’être et mes sentiments. Il voulait s’amuser, ça ne serait pas avec moi malheureusement. Il passa à nouveau son doigt sur ma joue. Intérieurement, mon cœur s’emballait mais extérieurement, j’essayais de filtrer aucune émotion mis à part de la haine voire du dégoût à son égard. Subitement, j’entendis la sonnerie de mon téléphone qui me sortit de ce cauchemar. Un délirant OPPA GANGNAM STYLE à chaque fois que je recevais un sms ou une notification. Je jetai un léger coup d’œil à Wade qui espérait que je ne regarde pas mon téléphone, il espérait trop fort. Je me levai à nouveau pour attraper mon téléphone dans mon sac et regarder mon téléphone. Ce n’était ni un texto, ni une notification Twitter mais un post de Gossip Girl. C’était le pire du pire. Il parlait de moi et de ma position actuelle. J’étais en plein moment "intime" avec le blond et pourtant, la seule chose à laquelle je pensais était "Et si Dexter le voit ! Qu’est-ce qu’il va penser ?!" J’étais trop fière pour l’admettre mais je l’aimais toujours et il hantait mes pensées à tout moment. « Et merde. » Disais-je à moi-même, sans faire attention que Wade était derrière moi et qu’il admirait une partie de mon corps. « Pas du tout. T'as le droit de me demander tout ce que tu veux, ou presque. » Je me retournai vers lui en souriant légèrement, un saleté de sourire de sadique. « Ah oui ? » J’allais dire des conneries, je le sentais. J’allais surtout lui poser des questions beaucoup plus intimes qu’il ne s’y attend. « Après tout, je sais beaucoup de chose sur toi alors t'as le droit à quelques petites informations supplémentaire sur moi. » Je répondis rapidement au post de Gossip Girl par le biais d’un commentaire et retournai m’asseoir à côté de lui –mais pas trop proche non plus !-. « Pour être honnête, je ne veux rien savoir de toi ou de ta vie. Je suppose en connaître déjà beaucoup rien qu’en te fréquentant. J’ai juste une petite question : Comment s’est terminé ta dernière relation ? » Lui demandais-je d’un ton plus que sérieux. Je ne voulais pas savoir avec qui il a couché en dernier, mais à quelle fille il a brisé le cœur. C’était la seule chose qui pouvait m’aider à l’étiqueter dans le groupe des connards ou des mecs potentiels d’être avec moi. Quoique ce n’était pas son style d’être avec quelqu’un. Ce qui était bien c’est que je ne pouvais pas être déçue, parce que pour l’être il faut s’attendre à quelque chose, et je savais très bien qui il était.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Jeu 20 Déc - 10:49

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

En avouant à Emmy qu'il pouvait avoir autant de femme qu'il voulait en passant juste par ce rideau, Wade avait été un peu près sûr qu'elle ne se refermerait pas sûr elle même et qu'elle se ficherait complètement de ce que certaine aurait pû prendre pour une menace de mettre fin à ce petit moment . Une fois de plus, il ne s'était pas trompé. « Je ne te retiens pas. Tu peux partir. » Peut être qu'il savait trop de chose sur elle, qu'il avait compris sa manière d'agir à force de l'entendre parler de ces problèmes, mais là elle devait un peu trop prévisible, s'en était presque ennuyant. « Je le ferais si j'étais sûr que ça te ferait pas trop de peine. » Il fit une petite moue tristounette avant de retrouver son large sourire. Elle pouvait insister encore et encore, faire tout ce qu'elle voulait pour se montrer désagréable, méchante, jamais il ne lâcherait l'affaire, c'était certain. Wade avait le sang chaud, sûrement un truc qu'il avait pris de son père et devant un mec il était capable de partir au quart de tour et de venir très vite désagréable et violent. Mais avec les femmes – même les plus dures et réticentes – c'était totalement différents : il agissait souvent comme un salop mais il avait la patience d'un saint. C'était aussi sûrement pour ça qu'elle finissait toute par craquer, parce qu'il n'abandonnait jamais et qu'à force et bien il avait comprit un peu comment elle marchait. Si au tout début, il avait vu Emmy comme une femme au tempérament de petite fille, elle se révélait un peu plus ce soir et ce n'était pas pour lui déplaire. Ce qui était amusant aussi c'était le fait qu'elle reste. Elle semblait vouloir lui faire croire qu'elle était à deux doigts de partir, de craquer et même de lui en mettre une mais non. Elle restait là, assise à côtés de lui à supporter ces mots et ces gestes. D'accord, elle pris tout de même le temps de se lever pour regarder son téléphone mais pas à un seul moment elle ne semblait avoir envie de vraiment quitter cette pièce. Et finalement c'était ça le plus amusant ; elle voulait lui donner l'impression qu'elle allait le fuir mais ça ne marchait pas. Peut être voulait-il qu'il se calme, qu'il arrête de la draguer – oui parce que c'était ce qu'il était entrain de faire. Mais non. Il allait continuer encore et encore et si enfin elle se décidait à partir, certes il serait déçu mais il n'allait pas la retenir ; forcer les filles ce n'était vraiment pas son truc, Wade préférait les voir succomber à son charme.
Bref. Emmy se leva et lui ne bougea pas d'un poil, si ce n'est pour admirer la jolie vue que cette position lui offrait. En fait, elle était vraiment pas mal foutu. Jusqu'à présent il n'avait pu observer que son visage et rapidement les formes de son corps mais là, elle marquait une fois de plus des points. Mais Wade finit par sortir de ses rêveries pour lui proposer d'en savoir un peu plus sur lui? Ce n'était pas souvent qu'il faisait ça mais avec elle, c'était différent. Ce n'était pas une cliente, enfin pas vraiment, et puis elle s'était tellement confier à lui qu'il s'en voulait presque de ne pas lui parler de sa vie à lui, plus souvent. Bon ok, il n'aimait pas ça et souvent, il racontait n'importe quoi mais sans vraiment savoir pourquoi, avec elle il voulait être honnête.  « Pour être honnête, je ne veux rien savoir de toi ou de ta vie. Je suppose en connaître déjà beaucoup rien qu’en te fréquentant. J’ai juste une petite question : Comment s’est terminé ta dernière relation ? » La première partie de cette phrase le fit sourire et même rire légèrement. Les gens pensaient tous ça. Même ses plus proches amis pensaient le connaître lui et toute sa vie et pourtant, ils ne savaient absolument rien. Tout était invité ou modifié. Alors il allait juste lui laisser penser la même chose que les autres. Par contre, la deuxième partie de la phrase, ou plutôt la question qu'elle voulait lui poser lui fit perdre son sourire, pour la première fois de la soirée. Un peu déstabilisé, il baisse rapidement les yeux. « Et bien... » Les relations amoureuses ce n'était pas son truc, elle devait s'en douter. Il aurait pu lui raconter n'importe quoi, lui dire qu'il avait tromper la fille en question alors qu'elle était partie, ou bien le contraire – bien que ce n'était pas trop son genre de raconter ça – mais voilà, il y avait cette satané voix dans sa tête qui lui disait ''raconte lui ce qui s'est vraiment passé !''. Non, il ne pouvait pas tout lui dire, mais peut être qu'elle se contenterait d'un récit un peu évasif. Il releva les yeux vers elle, histoire qu'elle ne soit pas trop fière d'avoir réussis à reprendre le dessus. « J'avais dix neuf ans et j'ai décidé de venir m'installer à New-York alors je l'ai quitté. » Il haussa les épaules. Il n'y avait rien de plus à dire. Oui, il n'avait pas eu de vrai relation depuis ce temps là ou les quelques histoire qu'il avait eu, il ne considérait pas ça comme quelque chose de sérieux ou d'important. C'étaient juste des filles avec lesquels il avait passer des bons moments mais c'était tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Sam 22 Déc - 14:55

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
A vrai dire, je ne voulais pas que Wade parte. Je ne saurais expliquer pourquoi mais lui et moi avions une certaine alchimie, que j’essayais tantôt de repousser. A quoi bon ? Me connaissant, il finira par obtenir ce qu’il avait toujours voulu. J’avais déjà perdu un amant à cause de ça, je ne voulais pas perdre mon ami. Quitte à perdre le jeu, autant le faire attendre. Je testais sa patience, et il s’avère qu’il était bien déterminé à avoir ce qu’il voulait. Ca m’énervait de voir que tout ce que je faisais ne pouvait le repousser. Il était persévérant, le petit. Entre ses compliments et ses réflexions à deux balles, je ne savais plus où me placer. Devant lui, l’indifférence était devenue mon meilleur ami. Parce que s’il y a bien une chose que j’ai retenu du mariage catastrophique de mes parents, c’est que les hommes veulent les femmes qui savent se faire désirer. Je ne voulais pas être un de ses glorieux trophées, je voulais une vraie relation, il ne l’avait pas compris ou il ne voulait pas de moi. Je pensais avoir pu le blesser lorsque je lui ai dis que je n’en avais rien à faire de lui, il le prit étrangement bien. « Je le ferais si j'étais sûr que ça te ferait pas trop de peine. » Il ne fallait pas qu’il voit mes faiblesses. Sa petite boutade m’avait intérieurement fait sourire, mais j’essayais de garder mon visage neutre pour lui montrer que j’étais bien déterminée. « Je ne veux pas te vexer, ou peut-être un peu, mais tu pourrais crever au fond d’un puits, ça ne me ferait rien du tout. » répliquais-je avec un sourire cynique. Je mentais, mais je mentais très bien. Bien sûr que oui il me manquerait horriblement. J’étais presque sûre que j’allais penser à lui H24 rien qu’en rentrant chez moi. Mais il ne devait certainement pas le savoir, il s’en vanterait, ou pire, il pourrait me torturer avec. Tout comme le fait l’autre abruti depuis quelque temps.
On avait atteint un stade de la conversation où il en était même à me supplier de lui demander des choses sur lui. Il n’aurait peut-être pas dû dire ça, puisque j’aurais été capable de lui poser toute sorte de question invraisemblable. Je ne voulais rien savoir de sa vie, mais plusieurs questions me brûlaient les lèvres à son sujet. Comme sa dernière relation ; avec qui ? comment ça s’est terminé ? c’était où ? Il était souriant lorsqu’il écouta la première phase de ma question. Ca le rendait joyeux de savoir que j’en avais rien à faire de lui, mais je pu clairement observer à quel point il était déstabilisé lorsque je lui ai demandé ce que je voulais savoir. Il baissa les yeux, cherchant une réponse convenable à me donner. J’attendais une réponse construite de sa part, je n’avais le droit qu’à son « Eh bien... » Je le regardais dans les yeux, les bras croisés. Je n’étais pas facile à duper, s’il inventait une histoire je le saurais. J’avais un réel don pour détecter les menteurs, peut-être était-ce parce que j’en étais une. Il releva les yeux vers moi, tandis que je soupirais du temps d’attente. Etait-il incapable de répondre à cette simple question ? Il finit néanmoins par me donner une réponse convenable. « J'avais dix neuf ans et j'ai décidé de venir m'installer à New-York alors je l'ai quitté. » Je m’attendais à mieux et également à pire. C’était légèrement décevant de sa part. J’ai toujours pensé qu’il était un grand romantique. Je ne le connaissais sûrement pas aussi bien que je ne le pensais. J’inspirais légèrement avant de me lever du divan sur lequel il m’avait poussé un peu plus tôt. « Je vois… » Je soupirais à nouveau avant de répondre. « Donc si j’ai bien compris, t’as quitté ta ville natale et ta copine, pour New York et un métier pourri ? » Dégueulasse. Il m’avait clairement déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Mer 26 Déc - 9:53

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

« Je ne veux pas te vexer, ou peut-être un peu, mais tu pourrais crever au fond d’un puits, ça ne me ferait rien du tout. » Emmy avait beau être une fille très convaincante, en entendant cette phrase Wade ne pu retenir un léger rire. On lui avait déjà dit ce genre de truc. Beaucoup de fille qui essayait de lui résister en venait à ce stade du ''t'as qu'à crever moi je m'en fou'' mais le plus amusant c'était qu'en fin de compte, il arrivait toujours à les mettre dans son lit. Et puis cette rousse, il avait du mal à la croire parce que si c'était vraiment le cas, elle ne serait pas rester aussi longtemps à supporter ses paroles et ses gestes. Un peu plus tôt, si il n'avait pas décidé d'être sympa avec elle et de la faire craquer tout de suite, Wade aurait très bien pu le faire et à ce moment précis, ils n'auraient pas été tous les deux entrain de parler mais bel et bien entrain de s'envoyer en l'air et de passer un agréable moment. Franchement, il avait été cool avec elle et c'est comme ça qu'elle le remerciait ?! Il avait connu des filles beaucoup plus sympa.. mais aussi beaucoup moins intéressante qu'elle. La voir entrain d'essayer de fuir, de se tirer de cette sorte de relation entre eux en faisant comme si il n'y avait rien, c'était assez amusant. Elle se débattait toute seule pour essayer d'embêter Wade mais malheureusement ça ne marchait pas vraiment. « Je te rassure ça ne me vexe pas du tout. » Répondit-il finalement en laissant échapper un nouveau rire. En fait, il n'y avait presque rien qui pouvait le vexer et surtout pas des phrases dans le genre.
Pour le moment, Wade avait l'impression de plutôt bien maitriser la situation. Elle pouvait lui dire ou faire tout ce qu'elle voulait, elle était là, avec lui et il trouvait toujours quelque chose à lui répondre quand elle essayait de lui lancer des piques. Au moins elle savait en face de qui elle était. Par contre, il avait sûrement fait une erreur de tactique en lui proposant de répondre à ses questions. D'accord elle avait le droit de savoir des choses sur lui mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle aborde ce sujet là. Un sujet douloureux qui le déstabilisait complètement. Est ce qu'elle l'avait deviner ou est ce que c'était pas pur hasard ? Wade n'en n'avait aucune idée mais en tout cas, en voyant sa réaction, elle avait bien du comprendre qu'il n'était plus dans son élément. Elle avait pris la main et lui subissait. Malgré tout, il tenta de lui raconter rapidement ce qui s'était passé, espérant qu'elle passe à autre chose, une autre question moins génante pour lui. Mais non. Après s'être lever, elle continua sur sa lencé. « Donc si j’ai bien compris, t’as quitté ta ville natale et ta copine, pour New York et un métier pourri ? » Cette phrase sonnait clairement comme un reproche, un reproche qu'il ne supportait pas, tout simplement parce que c'était faux et parce qu'elle n'avait pas toutes les données. Le blond soupira et la regarda. Il n'allait pas s'énerver – même si d'un coup il en avait une furieuse envie – et il fallait surtout qu'il reprenne la situation en main tout en évitant de s'enfoncer un peu plus. Alors il la regarda un instant puis repris. « De un ce métier est pas si pourrie que ça parce que c'est ce qui nous a permis de nous rencontrer. De deux, en arrivant à New York, je pensais vraiment pas finir dans un club de striptease et de trois.. » Il soupira une nouvelle fois avant de se lever lui aussi. Il avait beau faire tout son possible, aborder ce sujet l'énervait rapidement alors il fallait qu'il bouge, qu'il fasse un truc, sinon Emmy le verrait dans un état qui pourrait rapidement l'effrayer. « Je suis partis parce que j'avais mes raisons, et de bonnes raisons. Contrairement à ce que tu penses je suis pas qu'un salaud égoïste qui pense qu'à lui et à son petit plaisir. » Le blond la regarda un instant avant de s'avancer vers le rideau qu'il ouvrit légèrement pour regarder ce qui se passait dans la salle principale. Il soupira une nouvelle fois. Elle tout comme les autres ne se doutait pas une seconde de ce qu'il avait pu vivre par le passé, de ce qui l'avait pousser à venir vivre à des kilomètre de sa ville natale. Peut être qu'elle changerait de comportement avec lui si elle était au courant de tout, mais il ne voulait pas non plus qu'on le plaigne à longueur de temps, maintenant, c'était trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Mer 2 Jan - 1:09

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
J’essayais tant bien que de mal de repousser Wade depuis un bon moment maintenant, il s’accrochait. Lui parler était la pire des tortures, je n’arrivais pas à me concentrer lorsque je fixais ses lèvres de mes yeux, l’envie de l’embrasser brulant de tout mon corps. Je faisais des efforts pour me retenir. Non. Il ne pouvait pas gagner, pas maintenant. La seule leçon que m’a donnée ma mère sur les hommes était de ne pas s’offrir à eux trop rapidement. Ils prennent les femmes pour des objets et si je succombe, je ne serais qu’un autre trophée derrière sa vitre blindée. Tandis que si je résistais, j’avais beaucoup plus de chance d’avoir une relation qui mène quelque part, ou non. Le pire était de voir que tout ce que je disais ne lui faisait absolument rien. « Je te rassure ça ne me vexe pas du tout. » Avait-il répondu alors que je venais de lui dire qu’il pouvait mourir dans un puits, ça ne me toucherait absolument pas. C’était faux. Bien sûr que ça me toucherait, pire, ça me ferait pleurer. Mais j’étais une excellente menteuse. « Tant mieux. Parce que si je dois être honnête, je ne ressens absolument rien à ton égard, à part une très grande attirance physique. » J’avais légèrement exagéré, je m’attachais beaucoup trop rapidement aux choses. Sans mentir, je m’étais attachée à Wade et c’était d’autre sentiment que de l’amitié que j’avais développé. Il ne pouvait pas le savoir, jamais je ne dirai à un homme que je l’aime plus que je ne devrais, depuis mon énorme râteau avec Dexter. De plus, ça lui ferait trop plaisir et je voulais à tout prix éviter ça.
Lorsqu’il m’a avoué la raison pour laquelle il a quitté sa maison pour venir s’installer à New York, je n’ai pas pu m’en empêcher. Je l’ai jugé. C’était clairement un défaut que je devais absolument perdre. Je supposais et jugeais tellement que j’aurais pu devenir un flic. La plupart du temps ce que je disais blesser les gens, Wade n’avait pas échappé à la règle. J’ai bien vu qu’il soupira afin de garder son calme, même si son envie de me crier dessus était plus forte que lui. Je ne pouvais pas le lui reprocher, je n’allais pas fuir non plus. Il a finalement gardé son calme pour pouvoir me répondre. « De un ce métier est pas si pourrie que ça parce que c'est ce qui nous a permis de nous rencontrer. De deux, en arrivant à New York, je pensais vraiment pas finir dans un club de striptease et de trois.. » Le fait qu’il était content de m’avoir rencontré me faisait littéralement chaud au cœur. C’était sans nul doute, le premier homme à m’avoir confié cela. En général, ils préfèrent tous tourner les talons en me maudissant lorsqu’ils en ont trop marre de moi. Il se leva également en soupirant, je voyais bien que ce sujet de conversation l’énervait mais il s’était proposé pour répondre à toutes mes questions, qu’il tienne sa promesse. Je l’ai regardé droit dans les yeux, prenant le risque de le voir dans tous ses états. « Je ne te comprends absolument pas. Tu as d’autres moyens de te faire beaucoup d’argent et pourtant c’est celui là que tu as choisi. Tu n’as donc aucune dignité ou estime de toi ? » Le pire était que je savais exactement comment il allait me répondre. Il allait probablement hausser la voix en s’expliquant, essayant de me faire fuir, même si j’avais essayé d’utiliser un ton calme et doux. Il m’expliquerait aussi les bons côtés de ce genre de métier, mais même si je n’ai rien contre son job, je n’approuvais pas de voir des jeunes faire ça, surtout lui. Je l’agaçais, je l’agaçais sérieusement. J’avais compris. « Je suis partis parce que j'avais mes raisons, et de bonnes raisons. Contrairement à ce que tu penses je suis pas qu'un salaud égoïste qui pense qu'à lui et à son petit plaisir. » J’ai inspiré profondément. « Donne les moi alors. Ah nan, excuse-moi, c’est vrai. T’es qu’un salaud égoïste qui ne pense qu’à lui et à son petit plaisir, pourquoi je m’intéresserai à ta vie ?! » J’avais craqué plutôt que prévu. Au lieu de l’embrasser, j’allais finalement finir par le gifler et m’en aller, si on continuait dans cette voie là. « Je n’ai jamais pensé ça de toi. Et j’ai stupidement cru que tu le savais. » Le passé est le passé. Il avait vécu des choses troublantes certes mais ce n’était pas ce qui devait l’empêcher de vivre le présent, et surtout de ne pas vouloir s’ouvrir à moi comme je l’ai fait avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Jeu 3 Jan - 9:21

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

Il ne savait pas si ce tout ce qu'il avait vécut était la cause du comportement qu'il avait aujourd'hui. Avant, il n'était pas comme ça, quand il était à Dayton, il était plus sympa avec les gens, pas du genre à répondre à chaque fois qu'on lui envoyait un truc dans la gueule. Non en fait, Wade savait même se faire assez discret, ce qui n'était plus le cas aujourd'hui. C'était peut être l'air de New-York, son boulot ou bien son passé.. Ou peut être un mélange de tout ça qui faisait qu'aujourd'hui, un simple mot ne pouvait lui faire du mal. Il prenait un peu tout à la légère et s'en amusait, surtout avec elle. Elle était coriace et trouvait toujours quelque chose à redire ; c'est une adversaire à sa taille ! « Tant mieux. Parce que si je dois être honnête, je ne ressens absolument rien à ton égard, à part une très grande attirance physique. » Wade se mit une nouvelle fois à sourire, plutôt fier. Peut importe si elle ne ressentait aucun sentiment, parce que finalement ce n'était pas ce qu'il cherchait en premier lieu. Elle avait l'air d'être une fille tellement compliqué niveau relation qu'il ne se voyait pas s'engager dans quoi que se soit avec elle, mais une attirance physique – et apparemment pas des moindres – lui suffirait pour la faire succomber à son charme à un moment ou à un autre. Alors il haussa les épaules et la regarde, toujours ce sourire affiché sur le visage. « C'est mieux que rien. » Cependant Wade avait l'impression qu'elle s'intéressait un peu trop à lui et à sa vie pour que cette attirance ne soit que physique. Elle lui posait des question sur sa dernière relation et maintenant ils en venaient à parler de ce qui blessait sûrement le plus le blond, sa vie d'avant. C'était son point faible et elle l'avait trouvé, peut être en connaissance de cause.. ou non. A vrai dire, il ne cherchait même pas à savoir tant il se sentait mal d'un coup. « Je ne te comprends absolument pas. Tu as d’autres moyens de te faire beaucoup d’argent et pourtant c’est celui là que tu as choisi. Tu n’as donc aucune dignité ou estime de toi ? » Il se retourna vers elle et croisa les bras. Alors comme ça elle pensait que ce métier n'était pas fait pour lui ? Elle était bien marrante elle, peut être qu'elle avait eu le droit de faire de grande étude mais lui non, il avait pris un autre chemin et pour trouver du boulot à New-York sans aucun diplôme ce n'était pas aussi facile. Ses parents n'étaient pas des personnes influentes, à vrai dire il considérait même qu'il n'avait plus de parent, ni aucune famille. Son argent il devait le gagner tout seul, et ce métier était sûrement le meilleur pour ça. « Tu me comprends pas parce que tu sais rien de moi. Et si, si j'ai de la dignité mais je tiens pas à me retrouver une fois de plus dans la rue ! Alors je bosse comme stripteaseur parce que ça paye dix fois plus qu'un boulot de simple serveur. » Le problème avec Wade était que lorsqu'il s'énervait, comme c'était le cas maintenant, il était du genre à devenir très impulsif. Si ca avait été un gars face à lui, il lui aurait déjà mit son poings dans la figure, mais là c'était Emmy et il se contentait de lui répondre en haussant le temps et sans réfléchir. Du coup, il lui donnait des informations sur lui, des trucs qu'il cachait à la plupart des gens parce qu'il en avait honte. A part Norah et son patron personne ne savait qu'il avait passer plusieurs mois dans la rue à son arrivé. Enfin si, maintenant il y avait Emmy. Le blond soupira, serra les poings et s'éloigna d'elle pour aller vers le rideau. Derrière celui ci, la soirée suivait son cours et il ne savait tellement plus comment se sortir de cette situation qu'il espérait avoir de l'aide, que quelqu'un viendrait le chercher peu importe pour quoi. « Donne les moi alors. Ah nan, excuse-moi, c’est vrai. T’es qu’un salaud égoïste qui ne pense qu’à lui et à son petit plaisir, pourquoi je m’intéresserai à ta vie ?! » Il ne répondit pas, serrant la mâchoire pour essayer de se contrôler. Il ne devait pas craquer, il ne devait pas lui dire ce qu'il gardait au plus profond de lui depuis qu'il était arrivé à New-York. Il ne voulait pas qu'elle le voit dans cet état là. « Je n’ai jamais pensé ça de toi. Et j’ai stupidement cru que tu le savais. » Wade lâcha le rideau et se tourna pour la regarder. « C'est ce que tout le monde pense, je suis pas stupide. » Il souffla comme pour faire sortir toutes cette colère qu'il avait en lui, malheureusement ce n'était pas aussi simple. Il relava ensuite la tête vers elle et s'en approcha. « Pourquoi tu veux savoir tout ça ? » Répondre à une question par une autre question, c'était le meilleur moyen pour ne jamais répondre et donc, calme la situation qui semblait lui échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Jeu 3 Jan - 22:56

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
Vu le volume sonore qu’on utilisait pour se crier dessus, c’était clair que les collègues avaient compris qu’on n’était ni entrain de parler ou de s’envoyer en l’air. Je n’avais jamais pensé que j’aurais pu percer ses défenses aussi facilement en abordant un sujet de conversation aussi simple et banal. Mais à ce que je vois il perdait rapidement son calme, c’en était presque flippant. Je lui avais fait cette (petite) réflexion sur son métier et il a démarré au quart de tour. « Tu me comprends pas parce que tu sais rien de moi. Et si, si j'ai de la dignité mais je tiens pas à me retrouver une fois de plus dans la rue ! Alors je bosse comme stripteaseur parce que ça paye dix fois plus qu'un boulot de simple serveur. » J’avais légèrement sursauté sur place lorsqu’il avait haussé la voix, on aurait dit une engueulade entre mon père et moi. J’écarquillais les yeux en le regardant franchement. « T’es marrant toi. Rappelle-moi pourquoi je ne sais rien sur toi ? Ah oui c’est vrai, tu ne veux pas parler. Et tu t’étonnes que je ne sache rien sur toi. Tu ne peux pas me reprocher quelque chose que j’ignore. » Mes paroles étaient pleine de sagesse, du moins je le pensais. Mais je connaissais Wade et il n’allait pas méditer dessus comme le ferait quelqu’un de sensé. Je le regardais tourner en rond comme un rat coincé dans sa cage. Il suffoquait, il avait clairement besoin d’air, besoin de se barrer de cet enfer que je lui imposais. Je soupirais de façon à faire remarquer mon mécontentement tandis qu’il s’avançait vers le rideau. Il allait partir. Qu’il parte. « Wade Fraser, si tu veux partir, pars. Mais ne t’attends pas à me revoir ici demain et les jours d’après. » Un ultimatum ? J’avais osé oui. Je savais très bien qu’il ne s’était pas attaché à moi de toute façon. Les filles dans mon genre ça courrait les rues, il pourrait se passer de moi facilement. Et vice versa. Bien que son dos soit très séduisant tout comme le reste de son corps, il se décida enfin à me regarder en face. On aurait dit que la contemplation de ce rideau rouge l’avait aidé à se calmer. Et pourtant, il n’était pas calme, il était rouge de colère. J’étais calme. « C'est ce que tout le monde pense, je suis pas stupide. » Je me suis approchée de lui lentement comme on le fait avec un animal sauvage pour ne pas l’apeuré. « Bienvenue dans mon monde. » Je relâchais un léger rire en baissant la tête. L’Upper East Side était rempli de personne jugeant les autres, que ce soit votre famille, vos meilleurs amis ou de simples inconnus. Gossip Girl avait rendu la chose facile pour tous ceux qui voulaient juger sur ce qu’ils ne connaissaient pas. Et je supportais ces critiques tous les jours. « Pourquoi tu veux savoir tout ça ? » La réponse cette question était plutôt évidente, j’ai préféré la garder pour moi. « T’es mon ami, nan ? J’ai le droit de savoir ça. » J’ai ricané lorsque je me suis écoutée parler. « Pardon. Tu n’es clairement pas mon ami. Tu es un truc plus important que ça. Ecoute, tu connais tous les détails sordides de ma vie. Et Dieu seul sait que j’ai fait des choses dont j’ai honte aujourd’hui. Je ne te demande pas grand-chose, je veux juste savoir ce qui t’a amené à New York. Mais si tu refuses de me le dire, ok. J'attendrais. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Ven 4 Jan - 10:33

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

« T’es marrant toi. Rappelle-moi pourquoi je ne sais rien sur toi ? Ah oui c’est vrai, tu ne veux pas parler. Et tu t’étonnes que je ne sache rien sur toi. Tu ne peux pas me reprocher quelque chose que j’ignore. » Wade la regarda un instant puis leva les yeux au ciel. Bon ok, elle n'avait pas tout à fait tord parce que en fin de compte, à part son nom elle ne savait rien. Mais lui il était prêt à lui répondre, à lui parler de lui, de ce qu'il aimait. Mais forcément, si elle abordait directement les sujets tels que Kathleen, sa vie à Dayton et son passé, soit les sujet qui fâche, c'était assez mal partie. « Faut dire que tu trouves les bonnes questions ! » lança t-il à la fois énervé mais en laissant aussi s'échapper un rire, un rire nerveux bien évidemment. Il commençant à craquer, essayait de se contrôler mais n'y arrivait plus. Oui ses nerfs lâchaient et il avait peur que la situation ne dégénère encore, tout cas juste parce qu'il avait accepté de lui parler un peu de lui. Il faut dire que d'habitude il se contentait de l'écouter raconter toutes ces petites histoires et tout se passait très bien. Si il avait su ou cela les mèneraient il n'aurait pas proposer une telle chose et surtout, il aurait mentie qu'en à sa dernière relation, quitte à ce qu'elle ai une plus mauvaise image de lui, enfin si c'était possible. « Wade Fraser, si tu veux partir, pars. Mais ne t’attends pas à me revoir ici demain et les jours d’après. » N'écoutant la jeune femme que d'une oreille, il ne prit même pas la peine de répondre à cette phrase. Non il n'allait pas partir, sinon il l'aurait déjà fait. En fait, il y avait une sorte de duel en lui : un côtés lui disait qu'il devait trouver un moyen de partir avant de craquer et de lui dire des trucs qu'il regretterais plus tard et l'autre côtés lui disait qu'il devait rester, que fuir c'était pour les lâches et qu'il l'avait déjà été une fois, une fois de trop. Et puis au fond il n'avait pas envie de ne plus jamais la revoir. Elle l'agaçait mais en même temps il l'appréciait beaucoup, même si essayait de ne rien laisser transparaitre en se cachant derrière cette sorte de carapace qu'il avait formé pour se protéger du mal qu'on pourrait lui faire. Non,il ne pouvait pas partir, pas maintenant, pas comme ça. Alors il se tourna vers elle et s'approcha doucement, juste pour lui faire comprendre qu'il n'allait pas fuir, bien que se soit peut être ce qu'elle avait espéré. « Bienvenue dans mon monde. » Accepté de lui dire ce qu'il faisait semblait de ne pas voir habituellement – soit ce qu'on pensait de lui – ce n'était pas une chose évidente pour Wade. Une fois de plus, tout était une question d'image, celle qu'il voulait avoir et celle qu'on lui donnait. Emmy devait connaître ça et pourtant, même en disant cette phrase elle avait l'air si détacher de tout ça, de ce ''monde'' qu'il y avait presque de quoi être admiratif. Alors peut être que c'était vrai, qu'elle ne le voyait pas comme le voit la plupart des personnes.. mais à vrai dire, elle avait tellement chercher à l'envoyer balader jusqu'à maintenant qu'il ne savait plus quoi penser d'elle. Une fois de plus, il resta muet à cette phrase et se contenta de baisser la tête, profitant de cet instant pour prendre une grande inspiration. Son coeur c'était emballé et là il avait vraiment de se calmer. Le blond avait bien vu qu'il avait surpris Emmy en montant d'un cran le ton de sa voix mais la pauvre – même si elle était un peu agaçante – ne méritait pas de voir ça. Après tout, elle n'y était pour rien elle dans les malheurs qu'il avait vécut. . « T’es mon ami, nan ? J’ai le droit de savoir ça. » Wade releva la tête. Ils étaient amis ? Vraiment ? Après tout ce qu'il avait entendu sur elle et toutes les heures passer ensemble, il espérait bien qu'il n'était pas juste son amis. Ce n'est pas qu'il voulait vraiment d'une relation avec elle – non elle était bien trop compliqué – mais enfin pour lui un ami c'était la personne à qui tu souris, tu dis bonjour dans la rue et rien de plus. « Pardon. Tu n’es clairement pas mon ami. Tu es un truc plus important que ça. Ecoute, tu connais tous les détails sordides de ma vie. Et Dieu seul sait que j’ai fait des choses dont j’ai honte aujourd’hui. Je ne te demande pas grand-chose, je veux juste savoir ce qui t’a amené à New York. Mais si tu refuses de me le dire, ok. J'attendrais. » Est ce que c'était le ton de sa voix, son visage presque angélique ? Wade n'en n'avait aucune idée mais pourtant il se calma. Peu de personne avait cet effet aussi radicle sur lui. Norah sa meilleure amie connaissait les gestes à faire pour le rassurer, Kathleen avait longtemps été sans le savoir l'une des seuls à le faire se sentir vraiment bien et là Emmy venait de lui montrer qu'il pouvait lui faire confiance, qu'elle était là non pas pour le juger, mais juste pour parler. Il la regarda un instant. Ses poings qui était serrer jusqu'à maintenant se relâchèrent doucement alors qu'il baissa à nouveau la tête. « Mon père me battait et ma mère en avait rien à foutre de moi. Je le supportais plus alors.. Je suis partie.. » Histoire de donner un côtés moins tragique à l'histoire, il essaya de forcer un sourire mais en moins d'une seconde il s'estompa. En avouant cela, il avait l'impression d'être faible, vulnérable. Tout ce qu'il essayait de cacher depuis des années s'envolait tout d'un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Mar 8 Jan - 22:04

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
« Faut dire que tu trouves les bonnes questions ! » Il n’avait pas tord, j’avais toujours su poser les bonnes questions, aborder les sujets adéquats pour mettre les gens à l’aise ou au contraire, les embarrasser. Je suppose que j’avais dû passer suffisamment de temps à observer que maintenant, je n’avais qu’à poser les bonnes questions et je découvrais ce que je voulais savoir. Son rire nerveux me rendait nerveuse. J’essayais de paraître calme et souriante, c’était dur lorsqu’il y avait quelqu’un que je venais visiblement de mettre en colère. « C’est innée, qu’est-ce que tu veux que j’y fasse ?! » répondis-je de façon désinvolte. La conversation avançait et j’arrivais à en apprendre sur Wade rien qu’en analysant ses réactions. Il n’avait pas voulu partir lorsque je lui ai lancé cet ultimatum, puis j’avais réussi à le calmer. Je ne sais même pas comment j’ai fait, c’est juste venu tout seul. La seule chose que j’avais remarqué c’est qu’il était moins rouge et beaucoup plus sain qu’il l’était la dernière fois. Et finalement, avec un tas d’effort et beaucoup de patience, j’avais finalement obtenu ce que je voulais : une pièce de son passé. « Mon père me battait et ma mère en avait rien à foutre de moi. Je le supportais plus alors.. Je suis partie.. » Ce n’était pas grand-chose, juste quelques mots, alignés en phrase mais ça m’informer sur une grande partie de son passé. Et intérieurement, même si je n’oserais jamais le dire devant lui, surtout pas maintenant ; j’avais gagné cette guéguerre. J’ai d’abord fait mon regard de chien battu, mais il se força à sourire, alors j’ai vite compris que ce n’était pas l’heure des lamentations. Je n’arrivais pas à me concentrer correctement parce que ça me faisait comprendre qu’il était humain. Il avait beau vouloir tout faire pour qu’on le prenne pour un salaud afin que personne ne puisse s’approcher de lui et sa carapace de tortue débutante, mais j’avais enfin pu apercevoir qui il était vraiment, même si ce n’était que pour quelques secondes. Apprendre ce genre de chose me donnait encore plus envie de l’embrasser mais je ne voulais pas qu’il pense que j’avais pitié de lui. Evidemment ma réaction était silencieuse. Il s’attendait à ce que je réplique, oui moi, Emmy la grosse cynique de la vie, mais je n’avais rien à ajouter. Je pouvais juste compatir à sa douleur. J’ai secoué ma tête, il ne fallait pas que cette nouvelle me bousille le moral, non. J’ai pris un grand sourire sincère et je me suis approchée de lui plus que je ne l’étais déjà. « Je vois que toi aussi t’as eu une adolescence difficile. » Wade faisait une tête d’enterrement, c’était l’heure de pleurer pour lui. Mais je me disais que je devais plus essayer de lui changer les idées, lui faire oublier son passé, que de pleurer avec lui. « Le pire c’était les boutons. Il y en avait partout sur mon visage ! C’était horrible. Ils étaient bien rouges et ronds, et comme par hasard, ils étaient à des endroits très voyants ! » Je continuais de parler avec la gestuelle qui suivait, pointant mon visage à certain moment. J’attendais juste qu’il m’arrête, qu’il me dise qu’il fallait que j’arrête de parler. J’attendais. J’ai souris une dernière fois et je l’ai regardé dans les yeux, ses beaux yeux bleu clairs. « J’aurai peut-être pas dû sortir ce sujet sur le table. Je sais que ça a pu être difficile pour toi, mais dis-toi qu’on a tous un peu souffert peu importe la manière, physiquement ou psychologiquement. Et je peux te dire par expérience, que les deux infligent la même douleur. » C’était ma petite minute de philosophe, j’étais redevenue sérieuse l’espace d’un instant pour lui remonter le moral, pour de vrai cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Lun 14 Jan - 10:56

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

Emmy avait finalement eu ce qu'elle voulait et même si elle essayait de ne rien laisser paraître il sentait qu'au fond d'elle même, elle était contente d'avoir gagner. Il avait compris qui elle était à force de la fréquenter. Au moins, elle avait la gentillesse de ne pas le montrer à ce pauvre Wade qui n'était plus très sûr de lui à présent. Ce qu'elle venait d'apprendre sur son passé, c'est ce qu'il avait caché à tout le monde et y compris à sa petite amie, pendant des années. Encore aujourd'hui, les quelques marques qu'il avait sur le corps, il prétendait qu'elle venait de différentes chutes qu'il avait fait quand il était plus petit. Alors certes, il était soulagé car ce n'était pas le genre de secret qu'on gardait facilement et surtout sans aucune conséquence mais en même temps, il craignait maintenant ce qui allait se passer. Emmy était sans doute capable de lui balancer la pire vacherie en plein visage sans que lui ne puisse réagir vu l'état dans lequel il était. Ou alors elle allait avoir pitié et ça c'était aussi un truc qu'il détestait. Oui ok, il avait eu une sale enfance, une famille de merde et deux parents horribles mais ce n'était pas une raison pour se mettre à pleurer. Même lui n'était pas bien en ce moment parce que parler de tout ça faisait remonter toutes ces scènes de violence auquel il avait assisté mais il n'allait pas se mettre à pleurer. Ca faisait des années qu'il n'avait pas pleurer alors il n'allait sûrement pas le faire devant Emmy qui en plus pourrait se moquer encore un peu de lui en le voyant dans un tel état ! « Je vois que toi aussi t’as eu une adolescence difficile. » Wade soupira doucement et releva la tête vers elle, croisant ses bras sur son torse comme pour si cela allait suffire à le protéger d'une 'blague' qu'elle risquait de lui lancer. Ou alors, peut être qu'elle allait lui raconter une triste histoire faisant partie de son passé elle aussi, histoire qu'il se sente moins seul. Bon ce n'était pas non plus un concours de ''qui a été le plus malheureux'', mais ça pouvait peut être marcher. Alors avant même qu'elle ne commence à dire quoi que se soit, il baissa de nouveau la tête. La rousse avait beau agir comme si rien ne la touchait, si elle en venait à parler de quelque chose de vraiment difficile, elle allait être aussi mal que lui et il ne tenait pas à voir ses yeux de chien battu, pas maintenant. «Le pire c’était les boutons. Il y en avait partout sur mon visage ! C’était horrible. Ils étaient bien rouges et ronds, et comme par hasard, ils étaient à des endroits très voyants ! » Elle était sérieusement entrain de lui parler de ses boutons là ? Fronçant les sourcils, il releva la tête vers Emmy pour la regarder sans rien dire. Soit elle se foutait vraiment de lui et dans ce cas il allait la mettre immédiatement dehors en lui disant de ne plus jamais revenir, soit elle essayait de le faire rire ou du moins de détendre un peu l'atmosphère.. Un peu perdu, le jeune homme se contenta de la regarder, attendant qu'elle lui explique un peu le but de cette phrase complètement hors contexte. « J’aurai peut-être pas dû sortir ce sujet sur le table. Je sais que ça a pu être difficile pour toi, mais dis-toi qu’on a tous un peu souffert peu importe la manière, physiquement ou psychologiquement. Et je peux te dire par expérience, que les deux infligent la même douleur. » Elle avait raison, tout le monde souffrait dans la vie à un moment ou à un autre. Mais il n'était pas sûr que des boutons sur le visage inflige la même douleur qu'un père qui vous frappe à longueur de temps ou d'une mère qui ne vous aime pas. En fait, la comparaison était tout simplement impossible et Wade n'avait pas envie de se lancer la dedans ou du lui faire comprendre à quel point il avait souffert. Alors il se contenta de hausser les épaules. « T'as sûrement raison. » Ca ne servait à rien de se lamenter pendant une heure sur son passé et surtout d'entré dans les détails. Elle en savait bien assez pour l'instant et puis ce n'était pas le genre de Wade. Sauf que ce n'était pas forcément facile d'enchainer après une telle révélation. Elle ne savait sûrement pas quoi dire alors le blond pris les devant et après l'avoir regarder un instant, il fit une légère grimace. « Je crois que t'as pas tout à fait passé l'adolescence toi.., » Il desserra ses bras et les poings – maintenant qu'il était devenue plus calme – et vint poser son doigts en plein milieu du front d'Emmy. « Très joli bouton. » Le blond tenta de garder son sérieux un instant mais il se mit finalement à rire en voyant la tête de la jeune femme. Bien évidemment il n'y avait rien mais après ce petit coup de mou de sa part, il comptait bien remonter en scelle pour l'embêter comme il savait si bien le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Dim 20 Jan - 15:41

YOU WANNA KNOW HOW TO MAKE ME SMILE. TAKE CONTROL, OWN ME JUST FOR THE NIGHT. AND IF I SHARE MY SECRET. YOU'RE GONNA HAVE TO KEEP IT. NOBODY ELSE CAN SEE THIS.
Je savais exactement de quoi je parlais, Wade ne l’avait pas très bien compris. Je n’avais pas eu une adolescence difficile à cause de mes boutons, c’était quelque chose d’autre qui m’avait traumatisé. J’avais pris le risque d’essayer de lui en parler, fermer comme il était c’était impossible d’avoir une conversation de ce style avec lui. Peu importe tout ce que je lui dirais, dans sa petite tête, ça serait toujours une compétition de qui a le plus souffert. Et il avait gagné. Je savais très bien comment il fonctionnait et quelle était sa manière de penser. Je n’avais pas étudié la psychologie à l’université pour rien, tout de même. « T'as sûrement raison. » J’ai froncé les sourcils. Il n’avait pas l’air de comprendre que ce que je disais était sérieux, même si il y avait une petite blague derrière. J’ai soupiré, préférant abandonner ce combat puéril avec lui. « Je crois que t'as pas tout à fait passé l'adolescence toi.., » J’haussais un sourcil, je ne comprenais rien du tout. Me disait-il que j’étais encore aussi immature qu’au lycée ? J’ai regardé son doigt se poser sur mon front et j’ai louché dessus en fronçant les deux sourcils. « Très joli bouton. » Abruti. Il se mit à éclater de rire. J’ai posé ma main sur mon front et je n’avais pourtant rien senti. Je suis devenue rouge de colère, commençant ainsi par crier. « ABRUTI ! Toi non plus tu ne l’as pas passé l’adolescence ! T’es aussi stupide et immature que lorsque tu avais seize ans ! » Je ne savais pas ce qui m’avait le plus énervé. Qu’il invente un bouton sur mon visage ou qu’il prenne ce sujet à la rigolade. Plus je m’énervais et plus il rigolait. Je ne comprenais même pas pourquoi ça lui faisait tant rire. « Idiot.. » Relâchais-je en soupirant bruyamment. Que Dieu m’en empêche, j’allais le frapper.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   Ven 25 Jan - 8:46

+ Time is slipping away, away from us, so stay, stay with me, I can make, make you glad you came.

Maintenant que Wade avait osé dévoiler à la jeune femme une part de son passé, il ne voulait pas avoir à continuer, à rentrer dans les détails. C'était déjà bien assez douloureux comme ça et finalement, la rousse n'avait pas à tout savoir. Elle en savait même déjà un peu trop au goût du jeune homme. C'était très déstabilisant pour lui de voir qu'une fois de plus, elle arrivait à faire ce truc bizarre ; quelques minutes plus tard elle avait réussis à le calmer et maintenant, elle arrivait à lui faire cracher le morceau et à dévoiler ce qu'il cachait à tout le monde, y compris à ses amis les plus proches. Il était clair maintenant qu'elle pouvait avoir un peu près tout ce qu'elle voulait de lui alors il valait mieux que Wade change de conversation, et le plus vite possible. Alors il vint poser son doigts sur le front de la jeune femme pour lui montrer ce bouton imaginaire. Bien sûr que non, elle n'avait rien, son visage était parfaite mais la faire stresser quelque seconde n'allait pas la tuer. On pouvait prendre ça comme une sorte de petite vengeance après tout ce qui venait de se passer. « ABRUTI ! Toi non plus tu ne l’as pas passé l’adolescence ! T’es aussi stupide et immature que lorsque tu avais seize ans ! » A la voir comme ça, il était tout simplement impossible pour le blond de ne pas se mettre à rire. Elle devenait rouge, se mettait à crier pour un truc qui dans le fond n'avait pas vraiment d'importance. C'était juste une petit blague. « Lorsque j'avais seize ans ? On se connaissait déjà à cette époque ? » Il la regarda en fronçant les sourcils puis éclata de rire une nouvelle fois. Alala.. si elle savait comme il avait changé depuis ses seize ans. Elle serait sans doute surprise d'apprendre que le Wade de seize ans était beaucoup plus mature que celui qu'elle avait aujourd'hui fasse à elle. « Idiot.. » Devant cette sorte de petite attaque, le jeune homme fit une moue triste, digne des petits garçons qui essayait de faire craquer leur mère pour avoir ce qu'il voulait. Ca n'avait jamais marcher avec la sienne mais bizarrement avec ses amis et son entourage cela fonctionnait plutôt bien. Puis finalement il s'approcha un peu d'elle et passa ses bras autour d'Emmy pour la prendre contre lui. « Désolé.. » Ce mot était sincère, même si elle allait sûrement penser le contraire. En fait, il ne s'excusait pas pour cette petite plaisanterie qui n'avait apparemment pas plu tout le monde, mais plutôt pour son comportement antérieur, lorsqu'il s'était énervé contre elle. D'accord elle avait toucher au sujet sensible mais ce n'était sûrement pas une raison suffisante pour s'emporter ainsi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)   

Revenir en haut Aller en bas
 
KISS ME UNTIL YOU'RE DRUNK. (wady)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» présentation de kiss me
» oh !? It's You & I ? Let me kiss you !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WAR AT THE ROSES :: HORS JEUX :: cross the river :: sujets-
Sauter vers: