AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (R) THE LIAR AND THE NAIVE

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mar 18 Déc - 17:39

the liar and the naive
Ses yeux s'ouvrirent petit à petit, par millième de seconde. Le moindre mouvement lui était douloureux. Heureusement, l'agent de service connaissait assez Curtis pour ne pas avoir ouvert le matin les volets. Il l'aurait massacré, morceau par morceau tellement il aurait souffert à la vue de la lumière. Tout ce qu'il voulait, c'est l'arrêt de cette souffrance fatidique. Ravenwood connaissait cette douleur, elle lui était plus que familière en fait car pratiquement chaque matin c'est le même réveil. Un mal de crâne assourdissant et d'autres douleurs toutes aussi horribles. Non, ce n'était pas l'excès de travail ni même une maladie, juste une simple escapade dans une folle soirée de Brooklyn. C'est un ami qui l'avait conseillé cette fête, et sans attendre il s'y était rendu, oubliant tous les engagements qu'il s'était tenu pour ce jour d'hui. Se laissant complètement tomber dans le lit, il réussit à sentir une autre présence. Féminine. Bien qu'il ne se souvenait de rien, il se savait très bien ce qui s'était passé. C'est toujours le même scénario. Une superbe nana avec qui il a passé la nuit au lit. Chaque fois, il espérait juste ne plus avoir affaire à elles. À ce genre de fille qui va-et-vient dans ses draps. Nombre de fois où il avait dû sortir le portefeuille pour mainte plaintes de la part de ces jeunes femmes. Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi elles venaient dans son lit et portait plainte après. Elles sont toutes aussi consentantes que lui, n'est-ce pas ? - Non, le pauvre Curtis n'a pas encore saisi que la raison première pour laquelle elles viennent à lui, ce n'est point pour son charme mais pour son argent -.

Il savait qu'il n'avait pas lieu d'être en retard. Même s'il n'a jamais eu à parler à ce style de fille, il sait très bien qu'elles n'aimaient guère perdre leur temps avec des garçons. Encore plus si celui-ci montre des signes de désintéressement. Et pour mener à bien son projet, il n'avait d'autre choix que de se comporter comme un gentleman, le type d'hommes qui les ferait soi-disant charmer. Le brun espérait que ses efforts finisseront par être efficaces, même si aller à sa rencontrer n'avait rien du lourde tâche selon lui. Au contraire, cela lui permettrait de connaître un autre aspect de la gente féminine, et de la connaître elle avant tout. Il avait un certain besoin de la comprendre, déchiffrer les faits et gestes de la rousse.
Un de ses amis lui avait conseillé de sortir le grand jeu. Tout d'abord, il demanda à ce qu'on aille la chercher avec une de ses voitures. Une grande limousine, modèle basique. Noire mais tout en étant fraîche. Il adorait s'installer dans cette voiture, celle-ci étant spacieuse et agréable. On pouvait presque y dormir pendant plusieurs jours tellement le confort y était maximal. En plus de ça, Curtis avait choisi une sorte de bar de luxe pour la fille qui ne savait pas encore la destination de son rendez-vous. L'américain voulait qu'elle s'émerveille de ses propres yeux, qu'elle ait une sorte d'adrénaline tout le long du voyage. C'est sûr, ne pas savoir où l'on va, c'est coriace.

C'est alors, vêtu d'un costume noir, simple et des lunettes posés sur le nez - oui, il ne faisait pas soleil, simplement il ne souhaitait en aucun cas qu'elle voit l'état de ses yeux - qu'il attendit Perrie devant le bar.


Dernière édition par Curtis Ravenwood le Mer 9 Jan - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mar 18 Déc - 18:41

Enchainant les déboulés, Perrie traversait la salle de danse que son père avait fait installé dans leur appartement de Manhattan. Il avait vite compris que c’était la seule condition pour que la jeune femme accepte de vivre avec lui. Quand elle dansait, elle n’avait pas besoin de penser aux raisons de son arrivée ici, ni même aux raisons qui poussaient son père à vouloir jouer le père de famille dont tout le monde rêve. Elle pouvait être elle-même sans avoir à prétendre être une autre. Son regard tomba sur l’horloge de la salle et elle s’arrêta immédiatement. Laissant tout en plan, elle se mit à courir vers la salle de bain. Le problème quand elle dansait, c’est qu’elle perdait toute notion du monde autour d’elle, et notamment du temps qui passait.

Elle prit une douche rapide, avant de se retrouver devant son dressing. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pourrait bien mettre. Elle ne savait pas comment agir dans ce genre de situation. C’était une mauvaise idée. Elle aurait dû refuser. Il était peut être encore temps d’annuler se dit-elle, avant de prendre son courage à deux mains. Elle ne pouvait pas refuser. Il était temps qu’elle cesse d’être une petite chose effrayée, qui ne savait pas se comporter avec un garçon. Elle irait à ce rendez vous et peut être s’amuserait-elle. Choisissant une robe rouge arrivant à mi-cuisse, elle l’assortie d’une paire de collant opaque, d’une paire d’escarpin et de son éternelle veste en cuir. Ses cheveux retombaient en cascade sur ses épaules. Elle se maquilla très légèrement avant de sourire satisfaite à son reflet.

Il lui avait dit qu’il passerait la prendre. En Angleterre, ça voulait dire passer chez elle, mais apparemment les choses étaient différentes à New York. Souriant au chauffeur, elle prit place dans la voiture, son cœur s’affolant avec le stress. Elle aurait dû refuser. Perrie était du genre solitaire. Les seuls amis qu’elle avait étaient ceux sur qui elle pouvait compter, coute que coute. Le jeu de la popularité n’avait jamais été son préféré. Elle aurait pu l’être pourtant. Avec son physique, son nom et sa prestance, elle aurait pu être la fille la plus populaire de Liverpool, mais elle avait choisi de se faire discrète et de se concentrer uniquement sur son rêve de petite fille. Il y avait bien eu un garçon, mais il n’avait pas eu le temps de compter avant que son père ne l’expédie hors de sa vie. Elle avait déjà eu quelques rendez vous, mais jamais ils n’avaient abouti. Perrie n’était pas le genre de filles qui attendaient après le prince charmant. Il fallait beaucoup pour accepter ses faveurs, mais une fois que vous les aviez, elle était capable de tout vous donner, quitte à se bruler les ailes. Elle ne savait pas ce qui l’avait poussé à accepter ce rendez vous. Il lui avait offert un sourire et Perrie s’était sentie un peu plus sereine. Elle avait senti son cœur battre un peu plus fort dans sa poitrine alors que ses joues prenaient une douce couleur rosée. Plusieurs fois, elle demanda où ils allaient, mais le chauffeur refusa d'obtempérer. Peut être était-elle trop habillé. Peut être ne l'était-elle pas assez. Perrie détestait les surprises, mais l'espace de quelques secondes, elle fut agréablement surprise qu'il fasse tant d'efforts pour elle. Sortant de la voiture, elle le remarqua tout de suite. Le rouge lui monta aux joues. Il était drôlement canon dans son costume. Bien trop beau pour une fille comme elle. Prenant une grande inspiration, elle s'approcha de lui.

« Salut. Désolée pour le retard, mais ton chauffeur n'a pas été très coopératif.» déclara-t-elle dans un sourire. « Où est ce que tu m'emmènes ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mar 18 Déc - 19:20

Plus les secondes passaient plus il se demandait si elle allait vraiment venir. Après tout, rien ne l'obligeait à faire le déplacement. Elle devait déjà avoir tant de projets, tant d'inspirations pour ce jour et les suivants. Étrangement, cette sensation le déséquilibra, son cœur battait plus fort et une sorte de fraîcheur parcourue tout son corps. Non, elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas lui faire ça. Pas à lui. Pas à Curtis Ravenwood. Personne ne fait ça à lui, personne n'a eu ce culot. Mais bien qu'il y a une première fois à tout, il espérait que ce ne soit pas elle sa première fois. Plusieurs fois, il tirait sa manche furtivement pour regarder l'heure. Les aiguilles avaient l'air de s'être arrêtées. Mais le monde était toujours là. La circulation toujours aussi abondante à te donner le vertige. Puis un instant, alors qu'il se retraçait le chemin dans sa tête il vit la voiture. Celle qui devait contenir Perrie. Et si elle n'était pas là, si finalement le chauffeur venait avec une mauvaise nouvelle ? Il inspira un bon coup, priant que la rouquine sorte de la porte arrière.

C'est ce qui se passa. Le brun souffla un bon coup, un sourire détendu se dessina petit à petit. Elle était là, elle était venue. Et elle était magnifique. Sa veste en cuir noire et sa robe courte rouge lui donnèrent un air plus rock'n'roll, ce qu'elle n'avait pas à la soirée. C'est comme s'il voyait une nouvelle Eyre. Plus pétillante, plus fraîche. Moins mal à l'aise et timide. Cependant, malgré ce changement qui ne déplaisait aucunement au garçon, elle n'avait pas perdu ses petits joues rosies. S'il devait énoncer la partie qu'il préférait le plus chez elle, se serait les joues de la rousse. Des joues qui changent de couleur, les rendant plus vivantes, plus féminines. Finalement, elle s'approcha de lui, au même moment que la voiture partie. « Salut. Désolée pour le retard, mais ton chauffeur n'a pas été très coopératif. » Fit-elle avec un sourire aux lèvres. Cet instant, c'était comme s'il l'avait prit en photo. Ce sourire au coin des lèvres, cette douceur naturelle qui apaisait le fêtard. Il eut un léger rire, à la fois troublé et amusé. « Tant mieux, c'est qu'il a fait du bon travail. » Il n'y avait aucun sous-entendu, ce qu'il voulait dire était clair. Si le chauffeur ne c'était pas montré bavard c'est simplement parce que Curtis lui avait demandé de garder la surprise. Cette surprise qu'il espérait être agréable aux yeux de l'anglaise. « Où est ce que tu m'emmènes ? » Il eut un autre rictus et prononça un simple « Pas trop loin » beaucoup trop vague, flou, pour qu'elle puisse se faire une idée de l'endroit. Mais tant mieux. Plus la surprise durait mieux c'était. « Si Mademoiselle veut bien me suivre. » Continua-t-il en plaçant le bras pas trop loin d'elle pour qu'elle puisse le saisir et ainsi l'emmener dans ce si bel endroit.


Dernière édition par Curtis Ravenwood le Mer 9 Jan - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Dim 23 Déc - 17:46


La jeune danseuse avait longuement hésité avant de venir. Elle n’était pas habituée à être courtisée. Personne ne prenait la peine de s’intéresser à elle. Il y avait eu un garçon pourtant, mais la présence de ce jeune homme avait bouleversé toute sa vie. Elle avait mis ses rêves en suspens avant qu’on ne la force à se reprendre en main. Rencontrer un garçon à New York n’avait pas été sa priorité. Loin de là. Jusqu’à présent, elle s’était concentrée sur la danse et sur son rêve à portée de main. Elle s’était jeté corps et âme dans ses arabesques, oubliant qu’il y avait autre chose dans la vie que le ballet. Et puis, elle avait croisé Curtis et en une soirée, il avait réussi là où beaucoup avait échoué. Il l’avait intrigué, assez pour qu’elle accepte de lui accorder de son temps, qu’elle voulait si précieux. Elle avait même ressentit un frisson d’excitation en pensant à ce rendez vous et avait fait l’effort de s’apprêter pour l’occasion. C’est une fois qu’elle avait été assise dans la voiture, que le stress avait commencé à monter, que l’angoisse avait pris sa place dans son estomac. Et si tout ça était une mauvaise idée ?

Elle était arrivée à destination. Il était trop tard pour revenir en arrière, alors elle prit son courage à deux mains, plaça un sourire radiant sur son visage et sortit de la voiture. Son sourire fut beaucoup plus sincère quand elle l’aperçut. Sans se l’expliquer, elle se relaxa immédiatement quand il lui rendit son sourire. « Tant mieux, c'est qu'il a fait du bon travail. » Levant un sourcil, elle le regarda faussement suspicieuse, un sourire toujours dessiné sur le visage. « Est-ce que je dois m’inquiéter ? Mes parents savent que je suis sortie et ils n’hésiteront pas à alerter les policiers, la CIA, les médias etc. » Un petit rire s’échappa de ses lèvres. Si elle était honnête, ses parents ne remarqueraient probablement pas son absence avant au moins 48 heures et encore, elle en doutait. Perrie était une novice à New York. Elle ne connaissait pas les endroits agréables de la ville et avait hâte de les découvrir. Avec la présence de Curtis, ça serait encore mieux. « Si Mademoiselle veut bien me suivre. » Sa main glissa sur son bras et elle ressentit un frisson à ce simple contact. Perrie n’était pas habituée des relations. Tout était nouveau pour elle, mais d’après ce que ses amies lui avaient dit, elle ne devait pas se faire de fausses idées sur ce qu’il attendait d’elle. Il l’emmena jusqu’à un bar, qui avait l’air plus que sympa. L’ambiance était feutrée, parfait pour un premier rendez-vous, parce que c’était un rendez-vous, n’est ce pas ? « C’est ici ? » demanda-t-elle, admirative de la décoration. « On a pas d’endroits comme ça en Angleterre. » avoua-t-elle. « C’est ici que tu emmènes toutes tes conquêtes ? » demanda-t-elle dans un sourire, qu’elle voulait sincère, mais qui sonnait affreusement faux. Elle savait bien que le genre de garçons comme Curtis ne s’intéressait pas à des filles comme elle. Ils pouvaient avoir qui ils voulaient et ce serait mentir que de dire que Perrie comprenait pourquoi il lui avait proposé d’aller boire un verre à elle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Dim 23 Déc - 22:06

Et maintenant il fallait assumer, trop tard pour fuir, le compte à rebours à été lancé. Mais combien de temps leur restaient-ils ? Sûrement seulement le temps qu'il faudra à Curtis pour qu'il lui fasse du mal. Après tout sera terminé. Comme un jeu de console, lorsque la partie est terminée, il n'y a plus rien à faire. Hormis quelques bonus qui ne font que mettre l'eau à la bouche quelques secondes et détruire encore plus ensuite. C'était ce à quoi ils étaient prédestinés. Mais Ravenwood ne voulait pas y penser, il planifierait la suite plus tard. Peut-être que cette journée se passera mal et qu'il lui sera impossible de continuer ? Peut-être. Il ne peut, ni maîtriser le destin, ni la maîtriser. Uniquement manipuler, et encore. « Est-ce que je dois m’inquiéter ? Mes parents savent que je suis sortie et ils n’hésiteront pas à alerter les policiers, la CIA, les médias etc. » Il eut un petit rire. Elle était incroyablement charmante. « Hm, je dirais que tu dois t'inquiéter, en effet. » Répondit-il d'un sourire amical. Bien que cette phrase n'était que plaisanterie, la vérité n'était pas moins exacte. Elle devait s'inquiéter. Elle devait même fuir à ce moment-là, pendant qu'elle n'est pas encore attachée à lui. Baissant un instant la tête pour regarder ses pieds, il la releva lorsqu'il sentit la main de la rousse saisir son bras. Pendant un bref instant il admira sa tenue, puis ses yeux. Perrie était fraîche, pleine de douceur et d'ondes positives. Un nouveau sourire se dessina et ils commencèrent à marcher en direction du fameux lieu. Curtis espérait que cela plaise à la belle, sinon, il espérait pouvoir se racheter d'une autre façon. Après tout, un premier rendez-vous qui se passe mal, ce n'est jamais très agréable. « C’est ici ? » se questionna-t-elle lorsqu'il ouvrit la porte du bar. Il ne répondit pas, lui offrant un simple sourire en signe de réponse. Oui c'était ici. « On a pas d’endroits comme ça en Angleterre. » Il n'était jamais allé en Angleterre. « Comment sont les bâtiments là-bas ? » demande-t-il doucement, curieux de savoir la réponse. Si avant il se fichait de ce qui l'entourait, il avait actuellement une sorte de besoin, un besoin de savoir, de s'intéresser à elle, d'en savoir plus, encore et encore, comme si jamais il pourrait être complètement rassasié. « C’est ici que tu emmènes toutes tes conquêtes ? » Il se racla la gorge. Baissa un instant la tête, puis se tourna complètement pour faire face à Perrie. Replaçant une mèche de ses cheveux roux, il lui répondit, en essayant d'être le plus rassurant possible. Un peu comme dans les scènes de film où l'homme se dévoile. « Les filles de bas niveau n'ont pas la place dans un si bel endroit. » Il exagérait un peu, mais dans un sens c'était vrai, il n'avait jamais emmené une quelconque conquête ici. La raison lui était jusqu'à là inconnue. « Je viens souvent ici avec mon père ou des hommes de qualités. C'est un lieu bien trop important pour moi. Je ne vois pas la raison d'y emmener une simple conquête. » Encore un sourire. Il avait l'étrange impression de ne faire que ça. Et, bien qu'il la regardait dans les yeux, Curtis pouvait voir les mouvements autour, dont un serveur qui s'approcha d'eux. Mais d'un geste de la main il lui demanda de s'en aller. Il ne voulait être qu'avec elle.


Dernière édition par Curtis Ravenwood le Mer 9 Jan - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Lun 24 Déc - 15:38

Il n’y avait plus de retour en arrière possible. Elle était face à lui et ne voyait pas comment elle pourrait lui tourner le dos désormais. Elle prenait un risque en venant à ce rendez-vous. Elle en avait parfaitement conscience. Son cœur s’affolait dans sa poitrine sous l’effet du stress, qu’il faisait naitre en elle, mais aussi de l’excitation du premier rendez-vous. Habituellement, Perrie ne se laissait pas aller si facilement. Elle se camouflait sous une carapace froide, s’oubliait dans la danse pour éviter d’avoir à affronter le monde, qui continuait de tourner autour d’elle. Mais pas ce soir. Ce soir, elle prenait le risque de se livrer à lui et d’être elle-même. « Hm, je dirais que tu dois t'inquiéter, en effet. » Un sourire s’épanouit sur son visage et elle se surprend elle-même quand elle s’entend répliquer : « Je vais prendre le risque. » Perrie ne prenait jamais de risque. Tout ce qu’elle faisait était calculé pour ne pas qu’elle se blesse et pourtant, le risque qu’elle prenait avec lui l’euphorisait. Il n’était pas un homme pour elle, mais elle se sent elle-même à ses côtés. Douce naïve. Sa main sur son bras, elle réprime le frisson qui glisse dans son corps et le camoufle sous un sourire et une admiration feinte du lieu où il l’emmène. « Comment sont les bâtiments là-bas ? » En Angleterre, tout est différent. « Tout se ressemble là bas. » Perrie s’émerveillait du contraste qu’on pouvait croiser dans les rues de New York, comme si chaque pays de la planète avait posé son emprunte dans la ville qui ne dort jamais. Elle ne se reconnaissait pas. Elle qui était habituellement si timide se permettait de lui poser les questions qui lui traversaient l’esprit depuis qu’elle l’avait rencontré. Curtis était beau, charmant et d’après ce qu’elle avait compris, c’était un bon parti. Elle ne comprenait pas comment il pouvait s’intéresser à elle. Perrie se trouvait quelconque. « Les filles de bas niveau n'ont pas la place dans un si bel endroit. » Le rouge lui monte aux joues. Il n’avait pas dit qu’elle n’était pas une fille de bas niveau, mais c’était implicite non ? Pourtant, c’est comme ça qu’elle se considérait : une fille de bas niveau, fade et sans intérêt. « Je viens souvent ici avec mon père ou des hommes de qualités. C'est un lieu bien trop important pour moi. Je ne vois pas la raison d'y emmener une simple conquête. » Bien malgré elle, un sourire ravi se dessine sur son visage. Il a ce don incroyable de la faire sourire, comme si sa vie en dépendait. Une chose était sûre, il était le seul à qui ses sourires étaient adressés. Elle se sent stupide de mettre tant d’espoir dans cette histoire, qui n’en est pas encore une et pourtant, elle sent cette once d’espoir prendre possession de son corps. Son cœur s’emballe. Ses mains deviennent moites. Elle s’approche doucement de lui et mutine, elle demande : « Est-ce que ça veut dire que tu ne comptes pas me conquérir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Lun 24 Déc - 16:20

Curtis n'avait pas le temps de réfléchir, avec elle, tout paraissait si clair, comme s'il n'y avait pas à se poser de questions. C'était un soulagement d'être en sa compagnie. Lui qui n'était jamais pris au sérieux, là c'était différent. Sûrement parce qu'elle ne le connaissait pas encore. Mais c'est ce qui plaisait au jeune homme. Ils allaient apprendre à se connaître, ensemble, sans avoir des préjugés. Cependant, malgré le bien être du jeune homme, il n'en oubliait pas la raison pour laquelle il était là, avec elle. Quoi qu'en attendant d'arriver à bout, il voulait profiter de sa présence, de sa douceur esquisse qui le rassurait tellement. « Je vais prendre le risque. » Il eut un sourire de surprise, mais cela ne le déplaisait pas. Bien au contraire. Et en cette fin de journée, il avait l'impression de découvrir une autre Perrie. Une Perrie que personne ne connaît, qu'il connaissait pas jusqu'à là, et ça le rendit encore plus joyeux. « Ravi de l'entendre. » Fit-il doucement mais avec une pointe de joie. Quand ils marchèrent l'un contre l'autre, Ravenwood n'imaginait pas un seul instant que ce rendez-vous pourrait virer au délire. Tout était si parfait. Le décor, les gestes. Même lui se prenait au jeu. Après tout, tant qu'il ne tombe pas dans les vices du jeu, tant qu'il reste le Maître, il pouvait bien rêvasser ? L'américain apprit quelques temps plus tard que là-bas, en Angletterre, tout se ressemblait. Ce pays n'était donc pas fait pour lui. Il aime le changement, la nouveauté, et ici, pas besoin de changer de ville, de pays, changer de rue suffit pour découvrir des endroits variés. C'est ce qui lui plaît, une étrange diversité, comme si chaque place avait son histoire, comme si chaque personne du monde entier avait apporter sa touche de vie. Le White Noise était très classique, moderne, mais avec une pointe de magie, de simplicité à l'état naturel. Parler avec elle, la regarder dans les yeux rendait le moment encore plus merveilleux. Alors, pour intensifier l'échange il enleva ses lunettes de son nez pour les placer dans sa poche, oubliant ses cernes et ses yeux un peu rouges de fatigue. Peu importais au fond. « Est-ce que ça veut dire que tu ne comptes pas me conquérir ? » Il eut un petit rictus, et retint quelques secondes sa respiration lorsqu'elle s'approcha de lui. Caressant le visage de l'anglaise, puis ses cheveux, il chuchota, comme si c'était un secret. « Juste essayer de te découvrir. Mais si j'arrive, ne serait-ce qu'un peu te séduire, alors c'est moi qui sera conquis. » Avoue-t-il en la regardant dans les yeux. Il plaça délicatement sa main en bas du dos de celle-ci, la rapprochant encore plus de lui. « J'espère que tu aimes le vin. » Déclara-t-il avec toujours ce sourire aux lèvres. Tout est tellement beau aux côtés de Perrie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mer 26 Déc - 17:56

Cette soirée s’annonçait bien mieux que ce à quoi Perrie s’était préparée. Elle avait eu peur de paraitre potiche à ses côtés, mais elle pensait s’en sortir plutôt bien jusqu’à présent. Elle avait cette impression fugace de pouvoir être elle-même. Le décor du petit bar la mettait en confiance. Le sourire qu’il lui adressa lui donna des ailes. Elle ne faisait pas partie de ces filles, qui rêvait au prince charmant. Néanmoins, elle décelait en Curtis le potentiel. Si elle avait su ce qui se tramait, elle aurait pris ses jambes à son cou, sans jamais se retourner. Mais elle ne savait rien du pari qu’on avait passé à son sujet. Elle se sentait en confiance, la douce naive. « Juste essayer de te découvrir. Mais si j'arrive, ne serait-ce qu'un peu te séduire, alors c'est moi qui sera conquis. » Le rouge lui monte aux joues. Elle sent la chaleur se diffusait sur son visage. Calme toi, lui murmure une petite voix, mais c’est bien trop tard. Son cœur s’affole dans sa poitrine. Personne ne lui a jamais murmuré ce genre de choses. Elle l’espère sincère et se demande ce qu’elle a fait pour mériter qu’un garçon aussi parfait que Curtis s’intéresse à elle. Elle est quelconque, plutôt insignifiante quand on y réfléchit. Elle ne fait pas partie de ce genre de personnes qui pourrait être mannequin. Son corps n’a rien d’une œuvre d’art. Quand elle se regarde dans le miroir, elle ne se trouve pas belle. Elle est grande, mince, un peu austère. Elle se trouve banale et pourtant, sa main sur son visage lui ferait presque croire qu’elle est belle. « Tu es en très bonne voie. » avoue-t-elle dans un murmure accompagné d’un sourire timide. Si elle était honnête, elle était déjà séduite par l'attention qu'il lui portait. A ses côtés, elle se sentait plus sereine. C’était un sentiment qu’elle ne connaissait pas, mais elle était sûre qu’elle finirait par l’apprécier. « J'espère que tu aimes le vin. » Elle remet une mèche de cheveux derrière son oreille avant d'avouer « Je ne suis pas une grande spécialiste. » A Liverpool, elle se contentait de boire des bières quand elle sortait avec ses amies, du champagne quand elle était condamnée à aller aux longues cérémonies que lui imposait le patriarche Eyre. Posant sa tête dans sa main, elle l'observe quelques secondes. Elle remarque ses cernes et ses yeux rougis par la fatigue. Malgré tout, elle le trouve très beau. Il a un charisme fou et Perrie se sent attirée par le calme qu'il dégage. Elle se rapproche un peu plus de lui, sans réellement s'en rendre compte. « Je suis pas très douée pour ce genre de choses. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Jeu 27 Déc - 0:25

Tout est tellement plus facile aux côtés de Perrie. Si bien qu'il a l'impression d'être dans un tout nouvel univers, là où ses amis n'existent pas, là où sa réputation ne lui joue pas des tours. Il inspire un coup, observant chaque parcelle du visage de la rousse. Elle a ce quelque chose qui le séduit, malgré tout. Peut-être est elle un peu trop mince, mais ça donne envie au jeune homme de la protéger, et non lui briser les os, le cœur. Son visage, doux, reposé le soulage. Curtis espérait que tout ce cirque allait vite cesser, car même si ses propos étaient - malgré lui - honnêtes. Il savait qu'il ne pourra jamais lui offrir ce qu'elle veut. Au fond, il se demande, pourquoi elle, pourquoi pas une autre. Mais justement, sa conscience lui balance, un sourire malicieux aux lèvres. Parce qu'elle est tout ce dont tu as peur. Douce, respectueuse, réservée. Mystérieuse et belle. Fragile.. et pure. Tout le monde sait que dans ce monde, la pureté est rare, jusqu'à là, il n'avait croisé aucune fille pure. Seulement lorsqu'il était au lycée, lorsqu'il avait fait sa première fois avec une pom-pom girl qui est ensuite partie au Canada. Il l'aimait bien. C'était la seule qui avait du caractère en plus d'être désirable. A l'époque, et même encore maintenant, il a besoin d'une fille comme celle-là. Une fille qui pourra le rassurer, l'aider, le mettre sur le droit chemin. Ce qu'il est incapable de faire seul. Cependant, il sait que c'est impossible de trouver quelqu'un comme ça, tout simplement car Curtis ne pourra pas lui apporter ce plus. Ce plus qu'on appelle l'amour : fidélité, dévotion, sincérité.. Il fronce les sourcils à cette pensée et se concentre sur la présence de la belle, qui lui répond timidement. « Tu es en très bonne voie. » Les yeux du garçon s'écarquillent un peu et un sourire niais s'affiche à ses lèvres. « Je vais essayer de ne pas la détourner. » dit-il, toujours en murmurant. Il trouve que ça donne une touche plus secrète, presque romantique. Alors qu'il lui demande si elle aime le vin, elle déclare à la surprise de l'américain. « Je ne suis pas une grande spécialiste. » Passant sa main libre dans ses cheveux, il répond, sans aucun sourire, juste ces sourcils toujours froncés, comme s'il réfléchissait. « Je t'apprendrais les bases alors. » Remontant la tête, il essaye de faire bonne figure en dégageant un sourire rassurant et un visage détendu. Il a besoin d'un contact. Il veut sentir ses mains sur ses bras, c'est un sentiment étrange auquel il n'était pas préparé. Elle lui fait de l'effet. Lorsqu'elle glisse sa main sur son visage, il pousse un faible grognement qui ne s'entend à peine. « Pourquoi te caches-tu ? » Fait-il, un peu contrarié, mais pas trop. Quand elle s'avance un peu plus vers lui, elle continue, inquiète. « Je suis pas très douée pour ce genre de choses. » Elle doit parler des vins se dit-il. Mais l'incompréhension le gagne et il articule, perplexe. « Douée pour quoi ? » Les mains de Ravenwood descendent un peu plus bas du bassin de cette dernière et il enfouit sa main dans son cou, au milieu des cheveux, caressant avec son pouce sa mâchoire. Sa douce peau. Il la veut encore plus proche, mais il ne fait plus rien par peur de la faire fuir. Ses envies passeront après.


Dernière édition par Curtis Ravenwood le Mar 1 Jan - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mar 1 Jan - 19:56

Jamais elle ne s’était sentie aussi sereine aux côtés d’un homme. Habituellement, elle restait sur sa réserve, ne se laissait jamais aller. Elle leur offrait des sourires parce que c’est ce que la convenance attendait d’elle, mais rien de plus. Avec Curtis, les choses étaient différentes. Elle ne comprenait pas réellement le trouble qu’il faisait naitre en elle. A ses côtés, elle avait l’impression de pouvoir être elle-même, sans qu’il ne la juge réellement. C’était un risque de s’ouvrir à lui. Elle savait que s’ouvrir à un homme la rendait vulnérable, qu’il gagnait un pouvoir sur elle, dont il pourrait se servir pour lui briser le cœur. Son cœur était fragile. La moindre éraflure la briserait, elle en avait parfaitement conscience. Mais c’était déjà trop tard. Quand il lui avait sourit ce soir là, il avait distillé en elle le poison du désir dans ses veines. Perrie voulait en savoir plus. Elle voulait découvrir un côté de sa personnalité qu’il cachait à la face du monde. Assise face à lui, elle était de plus en plus intriguée. Pourtant, elle n’était pas habituée. Loin d’être rodée aux jeux des rendez vous amoureux, elle avait peur de dire quelque chose de travers, qui le pousserait à partir, la laissant hagarde sur le bord de la route. Elle pesait chacun de ses mots et lui murmurait comme le plus beau des secrets. « Je vais essayer de ne pas la détourner. » Un sourire s’étire sur ses lèvres. Elle ne voit pas comment il pourrait se détourner de la voie qui mène droit au cœur de la jolie rouquine. Elle est déjà séduite, sans en avoir réellement conscience. Elle ne connait rien des troubles de l’amour et interprète les papillons dans son ventre comme le stress qu’elle connait si bien. Elle n’a pas conscience que c’est le désir qui coule dans ses veines. Plus audacieuse, elle laisse ses mains se poser sur son visage pour dessiner les traits parfaits de son visage. Un frisson la parcoure qu’elle réprime en lui avouant qu’elle n’est pas une spécialiste du vin. « Je t'apprendrais les bases alors. » Et les bases de l’amour, tu me les apprendras aussi se retint-elle de dire. Elle se mordille les lèvres pour empêcher les mots de s’échapper. Curtis est plus expérimenté qu’elle. Elle ne veut pas qu’il se rende compte que c’est une simple novice et qu’il fuit sous le poids de la responsabilité. « Pourquoi te caches-tu ? » Légèrement surprise, elle repousse une mèche de cheveux qui lui tombait sur le visage. Elle n’avait jamais eu conscience qu’elle se cachait, mais il avait raison. Le rouge lui montant aux joues, elle lui avoue qu’elle n’est pas très douée. « Douée pour quoi ? » Les mains de Curtis descendent dans le bas de son dos, la ramenant vers lui. Leurs genoux s’effleurent sous la table. Soudainement, Perrie a très chaud. Son cœur s’emballe face à cette proximité. « Pour les rendez vous amoureux. » avoue-t-elle dans un murmure. Sa voix résonne le trouble qu’il fait naitre en elle. Son regard plonge dans le sien avant de glisser vers ses lèvres. Elle se demande ce que ça ferait de les embrasser et se surprend à les imaginer sur ses lèvres. Le rouge de honte lui monte aux joues avant qu’elle ne se force à reposer son regard dans ses yeux bruns. « Je ne suis pas habituée à ce que des garçons comme toi m'invite à sortir. » La question pourquoi menace de s'échapper de ses lèvres, mais elle la retient, sachant pertinemment qu'elle n'aimera pas la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mer 2 Jan - 21:51

Le moment était intense, que ce soit pour Perrie que pour Curtis. Les émotions doublées, le cœur qui manque de tombé. Tout un fléau qui rendait l'osmose plus romantique qu'autre chose. Et cela n'avait plus rien à voir avec ces simples rendez-vous qui finissaient dans un lit, non, c'était bien plus profond. Ce dont Curtis était incapable d'offrir en temps normal, motivation de gagner ce pari ou simple coup de foudre. Je pencherais, et lui aussi, pour la première solution. Curtis amouraché ? Même pas dans les rêves les plus sombres du Président des États-Unis. Profitant de l'instant silencieux, un serveur arriva prendre leur commande et il chuchota un : Bordeaux, Château Palmer. Un bon vin français comme il en existe. L'américain n'avait pas fait son choix au hasard, s'il avait prit cette spécialité là c'est pour son côté sensuel mais dynamique. Une boisson pas vraiment fruitée, mais pas trop masculine non plus. Au fond, il espérait qu'elle aimerait, après tout, il avait choisi à sa place et s'il perdait ce rendez-vous, il allait mal le prendre. Bien que ce n'était qu'un détail, il fallait que tout soit parfait, qu'il soit à la hauteur et même plus des espérances de la rousse. Il était là pour la séduire, mais pas seulement pour un soir, pour une durée longue qui demandait attention et douceur. Souriant au serveur, il reporta toute son attention pour la danseuse et eut également un sourire à son égard. Elle était magnifique, timide comme ça. « Pour les rendez vous amoureux. » Il eut une expression surprise. Non vraiment, il ne s'attendait pas à cette réponse-là, mais cela lui plut. Après tout, si elle parlait ainsi, c'était qu'il arrivait petit à petit au but. Nouveau sourire, un peu plus réconfortant cette fois-ci. Sentant les yeux de Perrie sur ses lèvres, il comprit ce qu'elle pensait et, voulant causer un trouble plus intense, Curtis approche son visage de celui de l'Anglaise. Frôlant de son pouce les fines lèvres rosés de cette dernière. Il voulut dire qu'elles étaient douces, sensuelles, mais il se retint de tout commentaire, n'abordant qu'un air séducteur et amusé à l'égard de Perrie. « Je ne suis pas habituée à ce que des garçons comme toi m'invite à sortir. » Il ne baisse pas des yeux, quoi qu'il aurait aimé le faire. Il faut qu'il reste imperturbable, garder ce rôle, qu'importe ses émotions. « Je ne suis pas bien doué pour les rendez-vous amoureux non plus. » chuchote-il créant un souffle chaud sur les lèvres de la danseuse. C'était vrai, rarement il n'avait eu de rendez-vous de ce genre. Seulement adolescent, et encore, jamais il n'avait laissé parler ses sentiments, jouant toujours un rôle. Tantôt sensuel, tantôt sauvage. Fronçant les sourcils, ses yeux étaient rivés sur les lèvres auparavant mordillées par la petite. Il voulait la pousser à bout, que ce soit elle qui l'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Ven 4 Jan - 14:18

Perrie n’était pas très douée aux jeux amoureux. Comme une jeune naïve, elle ressentait tout de façon décuplée. Le trouble qui lui barrait l’estomac lui était incompréhensible. Elle ne savait rien des frissons que le jeune américain faisait naitre en elle, chaque fois que ses doigts effleuraient sa peau pâle. Tout était nouveau. Et si Perrie était habituellement quelqu’un d’anxieuse, peu apte à apprécier les nouveautés, elle embrassait celle-ci avec une audace qu’elle ne se connaissait pas. Le besoin de se sentir plus proche de lui se fait sentir, alors, un peu maladroitement, elle se rapproche de lui, glissant ses longs doigts fins sur ses joues. Elle n’accepte de quitter son regard seulement pour adresser un sourire de remerciement au serveur, avant de reposer bien vite ses iris clairs dans celles plus foncés de Curtis. Ses doigts sur sa bouche la troublent et font naitre en elle un feu ardent. Ses joues prennent une teinte rouge. Légèrement gênée par ce fouillis de sentiments qui se dessine en elle, elle passe sa main dans sa chevelure pour tenter de se calmer, elle et les battements affolés de son cœur. « Je ne suis pas bien doué pour les rendez-vous amoureux non plus. » Un sourire sincère s’étire sur son visage. Elle est surprise, mais agréablement. Elle l’imaginait coureur de femmes, collectionneurs de cœurs brisés. Naïve, à aucun moment elle se dit qu’il n’a pas besoin d’un rendez-vous amoureux pour briser les cœurs, qu’elle est une simple exception parce que l’enjeu est plus élevé. « J’ai du mal à croire que tu n’es pas habituée de ce genre de choses. » avoue-t-elle dans un murmure. Son regard s’attarde une nouvelle fois sur ses lèvres. Leurs souffles se mélangent. Elle relève le regard sur lui et le voit poser sur ses lèvres et doucement, comme si cette question allait tout changer entre eux, elle avoue un peu maladroitement : « J’ai très envie de t’embrasser. » L’audace la surprend. A ses côtés, elle se sent prête à escalader l’Everest, ce qui est un peu bête parce qu’elle le connait à peine. A défaut de l’Everest, elle se contenterait d’un baiser. Elle se sent un peu bête à présent. Il n’aurait jamais envie d’embrasser une fille comme elle. Après tout, il était Curtis Ravenwood et elle n’était que Perrie Eyre. Les garçons ne faisaient pas partie de sa vie. Le plus important, c’était la danse. Et pourtant, sans s’en rendre compte, elle avance doucement son visage vers lui, terminant les derniers centimètres qui séparent leurs lèvres. C’est tendre et rapide, à l’image de la jolie rousse. Et malgré doux, un délicieux frisson la parcourt de la tête aux pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Dim 6 Jan - 4:15

Doucement, il sentit la main de Perrie sur sa joue. Fronçant ses sourcils en levant sa main pour la placer sur celle de la rousse, le jeune homme souhaitait accentuer ce contact. Contact si simple mais pourtant si romantique. Fermant les yeux quelques instants, il les rouvre avec un sourire détendu. Juste pour lui prouver qu'il aimait ce geste. Qu'il aimait son courage, elle qui avait l'air pourtant si réservée, elle lui parlait sous un regard différent et il aimait ça. Malgré tout. « J’ai du mal à croire que tu n’es pas habituée de ce genre de choses. » Dit-elle après avoir délicatement enlever sa main de la joue du garçon. Une légère moue se force suite à l'absence de ce contact mais il se concentre sur les mots de sa belle et se dit qu'elle avait raison. Elle se devait de rester sur cette certitude, qu'elle découvre son vrai visage avant qu'il ne lui fasse du mal. Mais ce comporter ainsi serait accepter l'échec et il ne veut pas. Agir ainsi ne rimerait strictement à rien. « J’ai du mal à croire que tu es venue. » Avoue-t-il un demi sourire aux lèvres pour éviter sa remarque. Sur le coup, oui, il ne savait guère quoi répondre. Après tout, il n'y avait rien à répondre, et si seulement il pouvait jouer son rôle habituel en pouvant tout autant la mettre dans son lit, oui se serait beaucoup plus facile. Mais beaucoup moins dangereux, beaucoup moins excitant. N'avait-il pas accepté ce pari pour ce côté excitant ? Alors que leurs lèvres se touchaient presque, alors qu'il caressait les lèvres sensuelles de l'anglaise, elle déclara, gênée mais courageuse. « J’ai très envie de t’embrasser. » Les yeux de Curtis s'écarquillèrent de surprise. Bien sûr qu'il voulait qu'elle dise ça, mais l'entendre dire est toute autre chose. Perrie qui voulait embrasser un garçon, c'est bien surprenant et lui-même se vit prendre de quelques bouffés de chaleur. Mais il ne se fit pas prier, n'osant rien dire, voulant la laisser faire. Il la laissa venir à lui. Tout se passa en douceur, à l'image de la danseuse. Ce baiser, si tendre, si.. Elle. Il eut un faible sourire. Elle venait de l'embrasser. Rien que ça remplissait de l'ordre du surnaturel aux yeux de l'américain. Une partie de son pari venait d'être rempli. Mais seulement, il ne pensait plus à ce défi, plus à tout ce qui s'en suivait. Le jeune homme venait de prendre goût aux lèvres de la rousse, à sa peau de pêche et il ne put se retenir de lui 'sauter dessus'. Et aussi bien que l'expression expliquait, il s'élança à elle. Glissant une main sous la robe rouge de son invitée, une autre derrière le crâne de la fille, tirant très légèrement sur ses cheveux soyeux. Un baiser certes sauvage, mais à la fois très passionné et sensuel. Un baiser à l'image de Curtis. Sa langue tournoya avec celle de Eyre. Tout était si intense. Pourtant, au bout de quelques secondes il se retira subitement d'elle, se décalant au passage de quelques centimètres. « Désolé Perrie. » S'excusa-t-il entre ses dents, la mâchoire serré, les sourcils toujours froncés montrant son air réfléchi. Il fronçait beaucoup les sourcils avec elle, étrangement. Levant la tête quand le serveur leur déposa les verres ainsi que la bouteille, il siffla un merci assez sec et but d'une traite son verre sans même trinquer avec Perrie. Il venait de tout foirer. Tout était foutu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Lun 7 Jan - 17:42

« J’ai du mal à croire que tu es venue. » Encore deux minutes avant de quitter l’appartement, elle était à la recherche d’une excuse qui lui aurait permis de refuser ce rendez vous. Et puis, finalement, elle avait pris le risque. Elle ne savait pas réellement à quoi s’attendre avec lui. Son cœur risquait de se briser à tout moment et pourtant, elle restait fermement assise sur sa chaise, ses yeux clairs fixés dans ceux de Curtis et elle se sentait bien. « J’ai failli ne pas venir. » admet-elle. Elle remet une mèche de cheveux qui glisse sur son visage derrière son oreille. « Mais je suis contente de ne pas avoir écouté la petite voix qui me disait de fuir. » Si elle avait su, elle aurait pris ses jambes à son cou. Perrie n’était qu’une petite fille fragile, qui ne connaissait rien à l’amour. Elle rêvait du prince charmant. Elle voulait la passion et la tendresse. Pauvre petit oiseau, ses ailes finiront par être coupés quand la dure réalité reprendra ses droits. Mais pour le moment, elle vit dans sa bulle où il n’y a que lui et son odeur qui l’englobe toute entière. Doux poison qui commence à s’immiscer dans ses veines. Elle se surprend à préférer la réalité plutôt que la douceur de ses rêves. Pire, elle devient audacieuse, elle qui ne prend jamais de risque. Ses lèvres se déposent sur les siennes. Son cœur s’emballe. Mais ce n’est rien comparé au baiser qu’il lui offre. Un délicieux frisson la parcourt des pieds à la tête. Ca la chamboule, l’entraine dans un tourbillon qui lui fait perdre la tête. Ca la remue de l’intérieur. Elle a atrocement chaud. Et quand ses lèvres se détachent des siennes, elle est hagarde, les yeux toujours fermés, la bouche légèrement entrouverte, un sourire s’étire sur son visage. Jamais on ne la embrassé comme ça. Bien sur, elle a déjà embrassé des garçons, mais jamais elle n’a ressenti cette intensité, ce frisson qui crée un grand chambardement en elle. Le retour à la réalité est brutal. Il s’éloigne d’elle, laissant un vide à ses côtés. Elle fronce les sourcils, incapable ce brusque changement de comportement. Se mordillant les lèvres, elle sent son cœur s’affoler. Il n’a pas aimé autant leur baiser qu’elle l’a adoré. Elle sait bien qu’elle y repensera longtemps. Sa main glisse sur ses lèvres. L’emprunte de ce baiser restera gravé en elle. Mais elle n’est pas naïve, du moins elle aime à le croire, elle sait qu’il a dû connaitre d’autres filles avant elle, des filles plus expérimentées, des filles plus douées. Elle offre un petit sourire au serveur, mais n’a pas le cœur à ça. Le silence s’installe entre eux. Désolé. Pourquoi est-il désolé ? C’était le meilleur moment de sa vie. Se mordillant la lèvre, elle ose demander d’une petite voix « est ce que j’ai fais quelque chose de mal ? » Si avant, elle s’était sentie audacieuse, son courage vient de la quitter. Elle n’ose même plus le regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mar 8 Jan - 0:24

« J’ai failli ne pas venir. » La phrase lui fit décrocher une petite moue, bien sûr qu'il se doutait de cela. Jusqu'au dernières secondes il pensait qu'elle n'allait pas venir, qu'elle avait comprit son petit manège. Mais elle était quand même venue, pour une raison qu'il ne connaissait pas, peut-être même pas elle. Parfois on laisse parler les émotions, se disant pourquoi pas, sans rien attendre de plus. Ou peut-être si. Peut-être qu'elle en demandait justement trop et qu'elle avait peur qu'il ne soit pas à la hauteur, qu'elle soit déçue. Curtis allait la décevoir, peu importe s'il tombait amoureux d'elle ou non, il allait se casser parce que c'est un lâche. Parce qu'il voulait continuer à avoir plusieurs filles dans son lit, à faire la fête jusqu'à la débauche, à ne pas être responsable. « Mais je suis contente de ne pas avoir écouté la petite voix qui me disait de fuir. » Nouveau sourire. Il caressa les cheveux roux de la danseuse et lui susurra, comme un secret. « Je suis content que tu sois venu aussi. » L'américain voulut dire merci mais ça aurait été sûrement de trop. Ou alors n'aurait-elle pas compris. Mais dans tous les cas, il ne lui avoua pas, le gardant pour lui-même. Peut-être le lui dira à la fin du rendez-vous. Merci d'être venu, j'ai passé une agréable journée. Sûrement, il n'en savait rien, tout pouvait changer à la dernière minute. Et justement, ce baiser si inattendu troubla le jeune homme qui répondit ensuite à ses pulsions. Sans s'arrêter il caressait sa hanche, tournoyait ses cheveux dans ses doigts, jouait avec sa langue. Un tremblement de tambours, d'émotions. Il aurait voulu aller plus loin, continuer dans sa lancée mais il venait de comprendre qu'il avait tout foiré. Malgré le si peu de nombre - juste quelques serveurs et encore ils passaient rarement, puisqu'il avait réservé à eux seul le restaurant pour une somme exorbitante. Mais là n'était pas la question -, il l'avait prise pour une simple fille. Curtis voulait calmer ses ardeurs de la façon la plus naturelle qu'il soit, mais elle, elle était différente. Il ne voulait pas que tout ça s'arrête, à cause de lui, qu'elle se sente humiliée ou quoi que ce soit. « est ce que j’ai fais quelque chose de mal ? » Curtis leva la tête pour la dévisager, la secouant de gauche à droite pour dire non. « Non.. Je t'ai prise, comme ça et j'aurais pas dû. » fit-il navré. Il s'en voulait. Tout était si irrationnelle. Il voulait d'elle. Elle le rendait fou. Mais en même temps il ne pouvait pas se permettre un tel comportement. Perrie était une fille fragile qui demandait délicatesse et attention, Curtis venait de lui donner le contraire. D'un seul coup, il avait l'impression de l'avoir salit. Lui et ses envies mal-tournées. Elle était si belle, si pure. A un moment, il se demandait s'il serait capable de jouer avec ça, après tout, il savait combien c'était quelque chose d'important pour une fille, et sûrement plus pour Perrie qui n'avait pas bien l'air expérimenté. La regardant un instant, il baissa le regard comme font les chiens lorsqu'ils sont désolés. Il l'était, sincèrement, du plus haut point. L'américain reconnaissait sa connerie, mais il avait aimé ce court moment avec elle. Et lorsqu'il releva la tête pour l'admirer, il vit sa robe légèrement monté à cause de sa main et à cette pensée-là, il eut les joues rougies. Curtis rougissait. Oui. Ne voulant pas qu'elle le voit dans cet état, il rebaissa la tête, comme s'il ne savait faire que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mar 8 Jan - 13:43

« Je suis content que tu sois venu aussi. » Et juste comme ça, parce qu’il semblait sincère dans ses mots, un sourire s’épanouit sur le visage de la jolie danseuse et son cœur manque un battement. Elle se sent un peu bête à sourire de la sorte, comme si le monde n’était pas un affreux endroit pour déployer ses ailes. Elle finirait par souffrir, c’était inévitable. Fréquenter un homme comme Curtis vous laissait irrémédiablement avec des cicatrices. Perrie n’était pas sûre de survivre à ce genre de cicatrices. Toute sa vie tourne autour de la danse. Jamais elle n’a prit de risques, de peur de voir ses rêves s’évader. Et pourtant, elle s’approche de lui et pose ses lèvres sur les siennes. Et mieux encore, il lui rend son baiser avec une passion qu’elle ignore. Personne ne l’a jamais embrassé de la sorte et ça la bouleverse, la laisse sans voix. Son cœur bat tellement fort dans sa poitrine qu’elle le soupçonne de vouloir se faire la malle. Sa respiration se fait plus saccadée alors que leurs lèvres se séparent. Le moment retombe et elle sait que quelque chose s’est brisé. Elle ne se l’explique pas. Elle ne comprend pas le changement brutal d’ambiances entre eux. Immédiatement, elle pense qu’elle a fait quelque chose de mal. Elle ne voit pas ce que ça pourrait être d’autre. Peut être qu’il n’a pas aimé autant leur baiser qu’elle. Elle se mordille la lèvre et replace une mèche de cheveux derrière son oreille. « Non.. Je t'ai prise, comme ça et j'aurais pas dû. » Surprise, elle pose son regard sur lui. Elle se sent perdue. Elle ne comprend pas ses excuses. Elle, ça lui a plutôt bien plu cette passion dans leurs échanges. Qu’un homme comme Curtis perde les pédales pour elle la bouleverse, mais elle ne dit rien et tente de reprendre le contrôle de toutes ses émotions contradictoires qui s’entrechoquent dans sa tête. Ce n’est pas son genre de se laisser aller de la sorte. Elle a toujours le contrôle sur ses émotions. Etre une Eyre vous empêche de vous appesantir sur ce que vous pouvez ressentir. Mais avec lui, c’est différent. Elle se laisse aller et découvre une nouvelle part de sa personnalité, qui l’enchante. Pire, elle veut en découvrir plus. Mais seulement si Curtis est son professeur. Elle avance sa chaise vers lui et glisse ses doigts entre les siens. « Ca ne m’a pas dérangé. » murmure-t-elle, incapable de regarder Curtis dans les yeux. Elle sait que ses joues sont rouges et se contente de fixer un point derrière lui. Elle ne sait pas réellement comment se comporter avec lui, mais elle sait qu’elle en veut plus, qu’elle ne veut pas tout gâcher avec ses maladresses, qu’elle ne veut pas arrêter parce qu’elle a peur de sa propre ignorance. « Ca ne me dérangerait pas de recommencer. » Elle se sent immédiatement idiote et se détache de lui, laissant quelques centimètres entre eux. Elle boit son verre de vin en entier et tousse doucement, au gout acre qu’il laisse dans sa bouche. Non vraiment, elle n’est qu’une débutante, qui ne mérite pas l’attention que Curtis lui porte. Elle n’a rien d’une bimbo. Elle ne sait même pas comment avouer qu’il lui plait et qu’elle accepterait qu’il l’embrasse aussi souvent qu’il en a envie.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Mar 8 Jan - 22:12

Cette histoire tourmentait les esprits du beau garçon. Tout était si contradictoire. Il savait qu'il allait partir mais il continuait. Il comprenait, un peu, qu'il allait lui-même souffrir, simplement parce que la lâcheté lui grattait le corps jusqu'aux os. Il allait l'abandonner, manquer son absence lui sera pourtant fatal. Mais il fera bonne face, faisant croire que ça ne le touchait pas. Il dirait simplement toutes ces phrases quand on ne sait pas quoi dire : " - Yep ça va. " Sans rentrer dans les détails, il montrera une certaine forme d'euphorie qui ne sera que physique, et encore, ses mouvements seront robotisés, incapable de garder une part d'humanité. Mais il continuait quand même, parce qu'il ne voulait pas se ridiculiser et qu'elle ne peut dire non. Qui aurait le culot de le faire ? Pas à Curtis Ravenwood, même si on l'espère fort. Tout simplement parce qu'il vient du mal, donc il triche - avec les sentiments surtout-. Ses intentions ne sont jamais honnêtes, toujours fourbes et dénudés de bon sens. Alors n'importe quelle personne pourrait se trouver pauvre, sans nationalité, ou même sans ses enfants. Sans qu'ils ne puissent rien dire. Parce qu'il n'y a rien à dire. Tout simplement. Quand l'américain tape, les mots ne sortent pas, pour la simple raison que ça sert à rien. Des tours dans son sac, il en balade des dizaines. Ce dernier n'avait jamais vraiment réfléchi à son comportement, ne voulant pas se remettre en question. Les seules fois où il était différent, c'est parce qu'il jouait un rôle. Là, ses émotions parlaient. Il n'avait pas besoin de jouer un rôle, ou du moins n'avait plus la force. Son cœur demandait sa part aujourd'hui. « Ça ne m’a pas dérangé. » Elle entrelaça leurs mains, tout doucement. Sa délicatesse lui donna un coup de poing. Il avait tellement peur de foirer, c'était fou. Serrant un peu plus l'étreinte, il approcha leurs mains de façon à pouvoir embrasser le côté de Perrie. Sentir sa main sur ses lèvres. Un cadeau. « Ça ne me dérangerait pas de recommencer. » A sa phrase, la danseuse abandonna ce lien entre eux et se réfugia un peu plus loin. Comme il avait fait auparavant. Se mettre sur le banc de touche. Mais ce qu'elle n'avait pas compris, c'est que ses paroles venaient d'activer un fléau dans le corps du jeune homme. Des pulsions trop excessives. Quoi qui lui firent du bien. S'approchant d'elle, il lui susurra à l'oreille. « J'ai aimé. Aimé quand tu m'as embrassé. Quand j'ai senti tes lèvres, ta peau. Ta douce peau. » Ses derniers mots se perdirent dans le silence lorsqu'il commença à caresser la jambe de la fille, arrivant sûrement un peu trop vite à l'intérieur de sa cuisse sous sa robe. De façon à mieux sentir la chaleur de sa peau, ses palpitations, sa douceur. Il ne cessait de répéter qu'il aimait cette peau si délicate. Son autre main passa sur sa joue opposé de façon à l'obliger à le regarder. Il voulait sentir ses yeux dans les siens. Pouvoir voir l'envie qui montait. « Tu sais pas quel effet tu me fais. » chuchotait-il toujours aussi sensuellement. Ses lèvres passèrent sur le décolleté de la rousse, dans son cou, puis au niveau de ses oreilles qu'il mordilla légèrement. Mais lorsqu'il s'apprêta à parler, il enleva subitement sa main de sa cuisse pour la poser sur ses fesses, de façon à bien la porter, sans qu'elle ne puisse tomber. Il la plaça à califourchon sur ses genoux. Pour remonter encore plus cette chaleur. Ce besoin corporel. « Tu me rends fou Perrie, Eyre. » Il s'arrêta sur ce dernier mot pour témoigner l'intensité de ses paroles. Mais ses gestes le prouvaient aussi. Cette petite boule qui commençait à se former au niveau de son entre-jambe mais qu'on pouvait déjà sentir, sa main qui caressait une de ses fesses et ses lèvres qu'il approcha des siennes. Un baiser plus sauvage, plus désireux qu'il en mordit la lèvre inférieure de celle-ci. Ce sourire malicieux aux lèvres.. Peu importais ce qu'elle ferait, il voulait d'elle. Jamais il n'avait ressenti une envie si puissante. Et si elle partait, il ne regrettera rien. N'avait-elle pas exprimer son souhaitait de recommencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Sam 12 Jan - 14:13

Elle se sentait un peu bête de s’être jeté à ses pieds de la sorte, d’avoir admis qu’elle avait aimé ça. D’après les films romantiques qu’elle regardait sans cesse, l’indifférence était la meilleure des réponses aux garçons. Ca leur donnait un gout de défi, l’impression de n’être rien et de devoir se montrer respectable. Et elle, pauvre idiote, venait d’avouer que ça ne la dérangerait pas de recommencer. L’honnêté avait été jusqu’à présent une de ses plus grandes qualités, maintenant, elle se maudissait d’avoir ouvert la bouche. Elle se sentait ridicule, mais ce sentiment s’estompa rapidement quand le souffle de Curtis lui parvint aux oreilles. « J'ai aimé. Aimé quand tu m'as embrassé. Quand j'ai senti tes lèvres, ta peau. Ta douce peau. » Des frissons lui parcourent tout le corps, des pieds à la tête. Elle fut subjuguée par sa présence. Elle admirait sa prestance et son charisme à toute épreuve. Son souffle se coupa quand ses doigts glissèrent sur sa jambe. Elle semblait avoir perdu la parole. Elle était incapable de bouger et il l’acheva. Il lui adressa un sourire, un de ces sourires rares qu’elle chérirait toute sa vie, un sourire qui semblait défiait le monde entier, accordé seulement à elle. Son cœur s’emballa rapidement dans sa poitrine. Le traitre menaçait de se faire la malle. « Tu sais pas quel effet tu me fais. » Elle n’avait jamais fait d’effet à un homme, du moins, pas aussi intensément. Ses joues s’empourprèrent. Elle avait atrocement chaud. C’était impossible de faire marche arrière désormais. Le point de non retour avait été franchi. Il commençait à distiller en elle le poison de l’envie. Son corps tout entier était en feu, ses entrailles lui brulaient. Chaque emprunte que ses mains laissaient sur la peau ressemblait à une douce torture. « Tu me rends fou Perrie, Eyre. » Et elle, qu'était-elle censé dire ? Elle n'était plus maitre de son corps. Elle n'était qu'un pantin entre ses mains. Un gémissement s’échappa de ses lèvres sans qu’elle s’en rende compte, alors qu’il la portait sur elle, emprisonnant ses lèvres dans un baiser dont elle se souviendrait longtemps. Toute notion du monde autour d’eux semblait avoir à disparu. Il n’y avait plus d’unité de temps. Ils étaient seuls au monde, dans une bulle qu’ils avaient réussi à former. Dans une autre vie, Perrie aurait su apprécier le moment, mais ce n’était pas son genre. Elle pensait à toutes les conséquences de ses actes et ne prenaient que des risques mesurés. Ses mains dans les cheveux de Curtis, elle murmure, haletante : « On devrait arrêter. » Les lèvres du jeune homme infligent une douce torture à la peau de son cou et elle doit se forcer de ne pas fermer les yeux et se laisser aller à la douce alchimie. Elle se mordille les lèvres, pose ses mains sur le torse de Curtis pour le repousser un petit peu. Sa respiration se fait de plus en plus difficile. « C’est pas le bon endroit. » murmure-t-elle. Elle n’avait pas imaginé sa première fois se faire au milieu d’un restaurant et ça importait peu qu’il ait été privatisé pour eux. Elle ne voulait pas que sa première fois se fasse sur une table, passionnément et sauvagement. Elle voulait de la romance, de la tendresse. Pourtant, dieu savait à quel point elle avait envie de lui à cet instant précis. Ses lèvres retrouvent d’ailleurs le chemin des siennes, l’embrassant avec une passion qu’elle ne se connaissait pas. Ses mains glissent dans ses cheveux. Leurs langues se retrouvent rapidement dans une danse endiablée. A califourchon sur lui, elle autorise ses mains à glisser sur son corps. Elle découvre la forme de ses abdos sous ses longs doigts fins. Elle ne contrôle plus ses gestes. Elle ressent ce besoin pressant d’être près de lui. Il fait naitre un feu en elle. « On devrait pas faire ça. » Et malgré tout, elle continue de déposer des baisers sur sa machoire carré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   Jeu 17 Jan - 2:47

Si jusqu'à là Curtis contrôlait ses émotions, il n'en était plus rien. Rien que ses battements de cœur se faisaient plus rapides, causant des points de côtés au jeune homme. Cette étape était vraiment obligatoire ? Non, parce qu'il n'en pouvait déjà plus. Cette sensation de plus se contrôler, de laisser les sentiments parler. Des sentiments flous qui troublent ce dernier. Lui qui avait toujours l'habitude de tout gérer, de tout commander, à en aller jusqu'à contrôler les émotions des autres, là c'était lui qui perdait les pédales. Embrassant fougueusement Perrie puis en la laissant avec ses questions. Tout allait tellement vite en plus, comme si la situation était tournée pour qu'il ne puisse prendre le temps de réfléchir. De se remettre les idées en place, histoire de pouvoir arrêter ce vacarme complet. Alors, quand elle toucha sa partie sensible, il ne put arrêter ses gestes. Elle avait aimé ça. Malgré elle, la danseuse venait de dévoiler ce sentiment troublant. Que ce soit pour elle que pour lui. Des caresses déplacées, des baisers fougueux. Un tourbillon d'émotions et de passion entre ces deux citoyens que tout oppose. S'il avait imaginé l'embrasser au premier rendez-vous ? Jamais. Ou peut-être si, mais pas aussi intensément. Bien que certain qu'elle aurait préféré discuter de danse et de vin, il continua, l'apportant à ses genoux. Quand elle susurra qu'ils devraient arrêtés, le garçon n'était que d'accord. Ils devaient arrêtés. Ce n'était ni le lieu, ni le moment. Même pour quelques baisers sensuels. Qu'ils soient seuls ou non, l'endroit restait public, et c'était sûrement trop tôt - du moins vu leur relation - pour aller jusqu'à là. Mais il ne s'arrêta pas, caressant avec ses mains le corps faible de la rouquine. Elle avait une peau si douce, si enfantine. Il pourrait rester là des heures à toucher cette peau. Sentant les mains de celle-ci sur son torse, il fronce un court instant les sourcils lorsqu'elle déclara que ce n'était pas le bon endroit. C'en était certain. « Je t'en prie. » chuchotait-il, suppliant. Curtis ne savait pas où cela allait les mener, mais il ne voulait pas tout arrêter comme ça. C'était si merveilleux. Et, sans s'y attendre, il sentit une nouvelle fois les lèvres de l'anglaise contre les siennes. Un baiser passionné auquel il n'était préparé, pas de la part de celle-ci. Lâchant un grognement sourd alors que leurs langues s’entremêlaient, il s'autorisa à fermer les yeux pour savourer ce moment. « On devrait pas faire ça. » La serrant un peu plus contre lui, qu'elle sente ça, cette profonde preuve d'excitation. Il n'en pouvait plus, tout cela était trop dur à encaisser. « Non, s'il te plaît. Continuons. » Fit-il capricieux. Elle pouvait tout arrêter d'un moment ou un autre, parce qu'en fait, il n'était pas si maître des évènements que ça. Enlevant sa veste qu'il jette à même le sol, il retira ensuite les premiers boutons de sa chemise. La chaleur le saisissait, s'en était déstabilisant. L'observant un instant dans les yeux sans rien faire, juste à la regarder. Elle était si belle. Il ne la méritait pas, c'était certain. Mais malgré tout, il continuait ses caresses déplacées. Puis, sans s'en rendre compte lui même, il baissa doucement le bustier de sa robe faisant ressortir une partie de sa poitrine. Il voulut descendre plus mais il s'arrêta pour y déposer sa langue, prenant de sa main l'un des seins. Peut-être un peu trop fort. Mais il ne se rendait plus compte de rien. Curtis était prit d'envies prenantes, ingérables. Il exécutait, sans vraiment savoir. Ce qu'il voulait, c'était elle et lui, lui et elle, et rien d'autre.

Désolée c'est pourri
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (R) THE LIAR AND THE NAIVE   

Revenir en haut Aller en bas
 
(R) THE LIAR AND THE NAIVE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» been a liar been a thief (( vicky ))
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» Présentation de la jeune et naïve pousfsouffle que je suis [

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WAR AT THE ROSES :: HORS JEUX :: cross the river :: sujets-
Sauter vers: